Clicky



Bons Plans

Mars chamboulée par un super-volcan il y a 3 milliards d’années

Publié le | Modifié le
Le sol martien. Le sol martien.

Selon une équipe de chercheurs, dont de nombreux Français, Mars aurait vu son axe de rotation tourner de 25° il y a de cela 3 à 3,5 milliards d'années. Une découverte qui pose autant de questions qu'elle n'en résout.

Le phénomène se serait produit lors de l’enfance de Mars, alors qu’elle n’était âgée que d’1 milliard d’années. Selon une équipe de chercheurs, la planète rouge aurait subi un basculement du nord au sud de 20° à 25°, ce qui n’est pas rien vous en conviendrez.

En cause, un dôme volcanique immense baptisé Tharsis, qui aurait ainsi profondément transformé à la fois relief et géographie de la planète rouge.

Mars : un volcan de 5.000 km de diamètre change son axe

Sylvain Bouley, chercheur au laboratoire de géosciences de l’Université Paris-Sud, résume le phénomène par une belle image : « C’est comme si la chair d’un abricot tournait autour de son noyau ». Et pour cause, le dôme Tharsis « est énorme, démentiel par rapport à la taille de Mars », précise le scientifique. Ses mensurations à la fin de sa formation ? 5.000 km de diamètre, 12 km d’épaisseur, et 1 milliard de milliards de tonnes.

Une autre image pour illustrer un tel bouleversement ? Elle émane une fois encore de Sylvain Bouley : « Si un tel basculement se produisait sur la Terre, Paris se retrouverait sur le cercle polaire. On verrait des aurores boréales en France et on ferait du vin au Maghreb ou au Soudan ».

Une découverte qui pose d’autres questions

Dès lors, le mystère qui planait sur le placement du lit des anciennes rivières martiennes commence à se lever : « On n’arrivait pas à comprendre pourquoi les rivières sont là où elles sont actuellement. Elles donnent l’impression d’être placées de façon un peu aléatoire, mais si on bascule la surface, toutes les rivières se retrouvent sur une même bande tropicale » de 2.000 km de large, analyse le principal auteur de l’étude parue dans la revue Nature.
Idem concernant l’emplacement de glace souterraine, qu’on jugeait jusqu’ici étrangement placée. Mais en tenant compte de ce basculement, « tout s’imbrique parfaitement », souligne Sylvain Bouley.

Le puzzle prend forme, certes mais comme souvent en matière de science, d’une réponse découlent encore plus de questions. En l’espèce, « Peut-on imaginer que ce basculement ait un lien avec la disparition de l’atmosphère martienne ? Ou bien celle de son champ magnétique ? Quel est le lien avec l’arrêt des écoulements d’eau liquide ? ». Mars intrigue toujours et promet encore quelques belles années de recherche.

Crédits Photos : NASA/JPL-Caltech/Cornell/ASU
Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Articles Liés
Test produits
Longform