Clicky



Bons Plans

Les ondes électromagnétiques nocives pour les jeunes enfants

Publié le

Un rapport publié vendredi dernier par l'Agence Nationale de Sécurité Sanitaire (Anses) alerte sur le danger des ondes électromagnétiques sur les plus jeunes enfants.

A l’heure actuelle, les enfants sont exposés de plus en plus jeunes aux ondes électromagnétiques émises par les smartphones, les tablettes ou encore les jouets connectés. Cette exposition n’est pas sans risque alerte l’Anses. Elle aurait des effets néfastes sur les fonctions cognitives des enfants.

Enfants et ondes électromagnétiques ne font pas bon ménage

Les enfants sont de plus en plus exposés aux ondes des tablettes et téléphones portables, entre autres, et ce n’est pas bon pour leur santé. L’Anses a analysé plusieurs études menées ces dernières années pour en arriver à cette conclusion. Si l’agence avoue que les effets nocifs sont difficilement vérifiables, ils existeraient bel et bien. Son travail permet de reconnaitre toutefois “un effet possible de l’exposition aux radiofréquences sur le bien-être des enfants et leurs fonctions cognitives (mémoire, fonctions exécutives, attention)“.

L’Anses est particulièrement préoccupée de voir que les jeunes enfants (de moins de six ans) utilisent de plus en plus des appareils connectés, que ce soit un smartphone, une tablette ou un jouet. Une utilisation causant des effets négatifs sur le bien-être des enfants. Cependant “l’effet observé pourrait être davantage lié à l’usage fait des téléphones portables plutôt qu’aux radiofréquences elles-mêmes” expliquait à l’AFP, le chef de l’évaluation du risque lié aux nouvelles technologies à l’Anses, Olivier Merckel.

L’Anses appelle à la modération

Dans le doute, mieux vaut prendre des précautions. Ainsi l’agence sanitaire recommande aux parents de limiter la durée d’utilisation des appareils sans fils à leurs enfants et de recourir à un kit main libre en ce qui concerne les smartphones.

En outre, elle suggère au gouvernement d’appliquer à tous les “dispositifs radioélectriques” les “mêmes obligations réglementaires en matière de contrôle des niveaux d’exposition et d’information du public que celles encadrant les téléphones mobiles” et de reconsidérer l’indice DAS (Débit d’absorption spécifique) pour peut-être établir de plus grandes marges de sécurité.

Source : cnetfrance.fr
Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform