Clicky



Bons Plans

Batman v Superman : notre avis avec et sans spoilers

Publié le | Modifié le
Batman v Superman : L'Aube de la Justice Batman v Superman : L'Aube de la Justice

Après un Deadpool déjanté chez Marvel, c'est au tour de DC de répondre avec son Batman v Superman : L'Aube de la Justice complètement à l'opposé du spectre. Voici notre avis avec et sans spoilers.

Avant même d’aller voir le dernier film de Zack Snyder, je savais que l’écriture de cette critique allait être particulièrement compliquée. Avec ses bandes-annonces et son Superman issu de très controversé Man of Steel (que j’ai bien aimé, soit dit en passant), Batman v Superman : L’Aube de la Justice annonçait clairement son ton dramatico-sérieux et les spectateurs avertis savaient globalement à quoi s’attendre. Et pourtant, il y a beaucoup à commenter.

D’ailleurs, mettons tout de suite les choses au point concernant le format de l’avis que vous vous apprêtez à lire. Cette critique s’adresse avant tout à ceux qui ont vu les bandes-annonces et souhaitent un avis avant d’aller ou non au cinéma. Il n’y aura donc pas de spoilers majeurs, en dehors de ce qui apparait déjà dans les différents trailers. Malgré tout, il y a tellement de choses à dire qu’après la conclusion, ceux qui ont vu le film ou n’en ont rien à faire des spoils pourront retrouver un paragraphe supplémentaire.

Cette image représente à merveille le film : un truc assez lourd porté à bout de bras

Cette image représente à merveille le film : un truc assez lourd porté difficilement à bout de bras

L’Aube de la Division

Pour véritablement entamer cette critique que je ne sais pas vraiment par quel bout attaquer tant l’oeuvre est massive, je pense qu’il est utile de rappeler à quel point Batman v Superman : L’Aube de la Justice est un film capital pour Warner Bros et DC. Alors que Marvel et Disney dominent les débats des films de super héros au cinéma depuis des années, ce long-métrage est la première pierre sur laquelle reposeront les prochains opus de la licence, dont Justice League qui va tenter de faire de l’ombre aux Avengers. Mais plutôt que de présenter ses héros un film à la fois comme Marvel, ici DC (ou Warner Bros, ou Zack Snyder, allez savoir) a décidé de tout faire rentrer dans un seul long-métrage de 2h30. Et c’est assurément trop.

Batman-V-Superman-Dawn-of-Justice-1

Bonjour, j’en fais des caisses

Si Superman a déjà été développé dans Man of Steel, Snyder doit ici introduire une nouvelle version de Batman (Ben Affleck), Wonder Woman (Gal Gadot), Lex Luthor (Jesse Eisenberg) ou encore Doomsday. Un contenu colossal sans même évoquer les rôles connexes, dont le film pâtit tant il croule sous les informations sans pour autant suffisamment rentrer dans les détails. Le film s’adresse clairement aux connaisseurs de DC qui risquent d’avoir un sentiment de trop peu, tandis que les néophytes vont eux passer à côté de nombreuses choses.

Après ce paragraphe salé, revenons plus basiquement au scénario, complètement éventé dans la dernière bande-annonce. Après les évènements de Man of Steel, Superman est apprécié d’une grande majorité de la population et même traité comme un Dieu par certains. Une situation qui ne plait pas à tout le monde, notamment Bruce Wayne/Batman, qui a peur que l’Homme d’Acier ne finisse par abuser de sa puissance pour semer la destruction. Cette version particulièrement sombre de l’Homme Chauve-Souris portée par un impeccable Ben Affleck aux costumes et accessoires réussis est d’ailleurs fort satisfaisante, si l’on omet son aigreur de fin de carrière qui le pousse à marquer au fer rouge et tuer sans vergogne ses ennemis. Un véritable sacrilège pour un personnage censé ne tuer personne.

Contenu partout, Justice nulle part

BvS 1

Batman à la recherche du respect

Pour pousser Superman et Batman à s’affronter, le film introduit (beaucoup, beaucoup trop rapidement) le personnage de Lex Luthor, lui aussi inquiet vis-à-vis de Superman. La version proposée par Jesse Eisenberg risque d’ailleurs une fois encore de diviser. D’un habituel froid, calme et calculateur (dans les versions que je connais en tout cas), ici le personnage est clairement fou et part dans de nombreuses tirades sans queue ni tête. Ses actions tout au long du film n’ont d’ailleurs que peu de sens et plusieurs fois le scénario fait tiquer. C’est notamment le cas de la création de Doomsday, le second vilain du film qui vient mettre un tel chaos en ville qu’il va obliger Superman et Batman à finalement s’allier.

BVS-FP-0988

« Agreugreu je ne sais pas ce que je fais dans ce film »

Ainsi, en plus de ses thématiques sur le pouvoir, la responsabilité, l’humanité ou encore la religion, tantôt abordés de manière juste, tantôt de manière assez caricaturale, Batman v Superman vient ajouter au mix le personnage secondaire de Diana Prince/Wonder Woman qui va assurément mériter son film solo en 2017. Cette version incarnée par Gal Gadot est une vraie réussite, malheureusement pas assez présente à l’écran. On ne pourra par contre pas en dire autant de Loïs Lane (Amy Adams), dont la plupart des apparitions ne font aucun sens ou viennent même gâcher des scènes. Enfin, le Alfred Pennyworth de Jeremy Irons souffle le chaud et le froid, à l’image du film lui-même.

BvS 3

Lex Luthor version oui mais non

D’ailleurs, si finalement les 2h30 passent assez vite, on ne peut s’empêcher de ressentir que des vilaines coupes ont été pratiquées dans le scénario et au montage. De nombreux points incohérents et précipités sont présents, et il faut espérer que le contenu supplémentaire de la version Director’s Cut Rated-R sera satisfaisant pour combler ces lacunes. Cela dit, la réalisation de Zack Snyder est toujours aussi propre et efficace (malgré le léger abus de ralentis) et certains passages risquent même de rendre Michael Bay jaloux (indice : EXPLOSIONS). Les combats sont assez jouissifs, notamment ceux de Batman qui rappellent les jeux de la série Arkham.

Enfin, et même si la musique proposée par le duo Hans Zimmer/Junkie XL fait sérieusement mouche à de nombreuses reprises (un #OSTgasme y sera consacré prochainement), celle-ci vient de temps en temps souligner des passages qui se prennent inutilement trop au sérieux. Ainsi, certains plans lambda sur fond de musique épique font sourire voire rire dans la salle, alors que l’objectif initial est bien entendu de dramatiser toujours plus les évènements.

Batman-V-Superman-Dawn-of-Justice-3

Hey ça te dit qu’on se casse de ce film ?

Conclusion

Si je devais comparer Batman v Superman : L’Aube de la Justice à un objet, il s’agirait d’une cocotte minute pleine de ragout trop cuit en train de déborder. Si l’ensemble reste mangeable, à trop vouloir en faire en mettant trop d’ingrédients n’importe comment, l’ensemble en devient fadasse et noyé. Le film de Zack Snyder reste un bon divertissement de super héros qui en met plein les yeux et les oreilles, mais ce choix de faire rentrer au chausse-pied autant de contenu est une véritable fausse bonne idée. Le ton ultra sérieux du film et ses nombreux raccourcis scénaristiques vont assurément une fois encore diviser les spectateurs, mais le futur qui s’annonce avec la Justice League est heureusement assez prometteur grâce à un Batmaffleck réussi (vivement un film solo !) et une Wonder Woman badass au possible.

sam_r7_v6_1_150331_06rl_g_r709f.616311.tif

Coucou je viens essayer de sauver le dernier quart du film

SPOILERS PLUS BAS

Outre les problèmes cités plus haut, Batman v Superman souffre d’autres soucis que nous allons évoquer ici sans gants anti-spoilers. Tout d’abord, les relations entre les personnages (notamment Batman et Superman) donnent un sentiment d’évoluer bien trop vite. La palme allant à Batman qui devient méga pote avec Superman après des années de haine à la seconde où il apprend pour sa mère.

Ensuite, les caméos de Flash, Cyborg et Aquaman sont à la fois gratuits et maladroits. Les fans vont clairement avoir à redire, tandis que les non connaisseurs risquent tout simplement de ne pas comprendre ce qu’ils viennent de voir. On se serait aussi bien passé de l’énième représentation de la naissance de Batman avec la mort de ses parents. La genèse de Luthor aurait par exemple été plus intéressante.

Sous vos yeux : l'un des plus gros problèmes du film

Sous vos yeux : l’un des plus gros problèmes du film

Enfin, impossible de ne pas parler de la fin assez balourde et expédiée sur la pseudo-mort de Superman. Reste à voir comment Warner et Snyder vont la jouer pour la suite, mais on a véritablement le sentiment ici que cette fausse mort est uniquement là pour attendrir le spectateur lors de la conclusion.

Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Articles Liés
Test produits
Longform