Clicky



Bons Plans

La plateforme de VOD Netflix ferme ses bureaux français

Publié le

Installé depuis seulement deux ans en France, Netflix va fermer ses bureaux parisiens pour les transférer aux Pays Bas. Ce pays offrirait une fiscalité moins contraignante.

Le géant de la vidéo à la demande, Netflix, a annoncé qu’il allait fermer ses bureaux en France. La fiscalité, trop lourde selon l’entreprise, et la régulation trop contraignante auraient entrainé ce déménagement vers les Pays Bas. Cependant, le service de vidéos reste disponible dans l’hexagone.

Netflix quitte la France

Selon le quotidien « L’Express », la plateforme de VOD Netflix s’apprête à fermer définitivement ses bureaux en France. Une information que la société américaine a confirmée. Selon certaines sources, c’est le climat fiscal plus « accueillant » aux Pays Bas qui aurait motivé la décision de Netflix, d’autres évoquent la difficulté de percer le marché local.

Netflix avait dû convaincre le gouvernement et montrer patte blanche à son arrivée sur le territoire français. La ministre de la Culture de l’époque avait notamment exigé que le service de vidéo à la demande soit soumis à la législation française et aux mêmes règles de concurrence. Le siège de Netflix se trouvait d’abord au Luxembourg puis au Pays Bas, une situation qui lui permettait de ne pas payer l’impôt français sur les sociétés et de ne pas se soumettre à la règle de diffusion de 60% de contenus européens et 40% de contenus français. Le géant de la VOD devait cependant reverser 2% de son chiffre d’affaires à titre de participation au financement de la production audiovisuelle française.

Netflix a reversé 600.000 euros au fisc français

Durant les deux ans de présence de Netflix sur le territoire français, l’entreprise américaine aura reversé 600.000 euros d’impôts au fisc. Elle était, en outre, assujettie au paiement de la TVA sur ses recettes en France depuis le 1er janvier de cette année.

Cependant, déménager aux Pays Bas ne pourrait finalement être qu’une solution à court terme. En effet, la Commission européenne est en train de travailler à la mise en place d’une nouvelle régulation pour les plateformes en ligne afin que celles-ci soient soumises aux réglementations du pays dans lequel elles exercent leurs activités, plutôt que celles du pays dans lequel elles ont leur siège social.

Source : lepoint.fr
Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform