Clicky



Bons Plans

Into the Badlands : notre avis sur le pilote

Publié le | Modifié le

Le premier épisode de Into the Badlands a été diffusé sur AMC. L'heure est donc venue de donner un premier avis sur ce show qui tente un mélange des genres assez audacieux.

Ce dimanche 15 novembre, AMC diffusait le premier épisode de Into the Badlands. Pour mémoire, la série créée par Alfred Gough et Miles Millar faisait partie de notre sélection des nouvelles séries prometteuses de cette rentrée 2015/2016. A-t-elle mérité sa place ? Après avoir vu ce pilote, difficile d’être catégorique, mais le show démarre en tout cas plutôt bien.

Un mélange de post-apocalypse et d’arts martiaux

Composée de 6 épisodes de 45 minutes (pour le moment ?), la première saison de Into the Badlands se déroule plusieurs siècles dans le futur. Mais qui dit futur ne dit pas forcément technologie et conquête spatiale puisqu’ici la civilisation a été détruite. De ses ruines post-apocalyptiques a émergé une nouvelle société féodale où les armes à feu n’existent plus. Dans la zone où se déroule la série (les Badlands), 7 Barons se partagent le territoire et se tiennent à distance les uns des autres à coup d’armées loyales et d’assassins (les Clippers).

L’histoire suit le plus létal de ces Clippers, Sunny (incarné par Daniel Wu, également producteur exécutif). Il suit les ordres du puissant baron Quinn (Marton Csokas), récemment mis à mal par la Baronne The Widow (Emily Beecham). Le pilote commence tandis que Sunny sauve un jeune garçon du nom de M.K. (Aramis Knight). Ce dernier semble intéresser bien du monde et révèle rapidement posséder des pouvoirs étranges qui pourrait en faire une machine à tuer.

Nous n’en dirons pas plus sur l’intrigue, mais voici les bases déployées dans le pilote. Des bases plutôt sympathiques par ailleurs, même si l’on a déjà vu des pilotes plus captivants (AMC n’est pas connu pour produire les séries les plus haletantes après tout). Pour accompagner ce scénario et cet univers assez atypique, le show s’appuie sur deux éléments.

Le premier, c’est une direction artistique soignée. Peut-être un peu moins appuyée que dans les premiers trailers, celle-ci est néanmoins là. Des couleurs assez fortes, des décors et costumes sympathiques… le tout mériterait d’être un peu plus accentué, mais c’est un bon début. Ensuite, impossible de ne pas parler des combats et des arts martiaux. Les affrontements du pilote sont un clair hommage aux films du genre et il reste à espérer que le reste de la saison sera au même niveau de qualité. Les cascades sont rythmées et les affrontements à mains nues ou à l’épée percutent.

Bref, en conclusion, le pilote de Into the Badlands est correct. Même s’il manque un ingrédient pour en faire une série incontournable dès son pilote, le show possède quelques arguments qui poussent à continuer. Charge désormais aux scénaristes d’en faire plus qu’un honnête divertissement qui risque autrement d’être rapidement oublié.

Into the Badlands – Aperçu

Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform