Clicky



Bons Plans

Tentative de communication avec Philae pour un réveil imminent

Publié le | Modifié le
Maquette du robot Philaé

Les ingénieurs de l’ESA vont tenter de communiquer avec Philae afin d’effectuer une première tentative de réveil dans les jours prochains.

L’heure de vérité semble approcher à grands pas pour Philae et l’Agence Spatiale Européenne ! On le sait, le petit robot d’exploration de la surface la comète 67P/Tchourioumov-Guérassimenko a connu un début de mission plein de rebondissements avec un atterrissage mouvementé et un travail compliqué par sa position trop ombragée qui l’empêche de recharger pleinement ses batteries. Un petit cartoon créé par l’ESA permet de vulgariser la mission Rosetta.

Pour limiter la casse, les ingénieurs de l’ESA avaient donc décidé de mettre le robot Philae en veille le 15 novembre dernier après une première tentative de forage. Philae devrait bientôt sortir de sa torpeur puisque les scientifiques ont annoncé qu’une première tentative de réveil allait être effectué le 12 mars 2015 à 5 h CET.

Réveil imminent pour Philae ?

Le centre de contrôle de Philae basé à Cologne en Allemagne va tenter une première communication avec le robot avant de tenter de le réveiller. Les ingénieurs vont envoyer une série de commandes afin de « permettre à Philae de mieux gérer son énergie. Par ordre de priorité, il puise de l’énergie pour se réchauffer, pour communiquer et, enfin, pour se recharger » selon Philippe Gaudon, du CNES, l’agence spatiale française.

L’ingénieur précise que « le logiciel de vol va être changé pour qu’un maximum d’énergie soit dédié aux opérations de communication. Nous pensons que, dans ce créneau il est bien éclairé et que l’orbiteur Rosetta le voit. »

Des échanges brefs pour économiser les batteries

Du 12 au 19 mars, l’ESA tentera de prendre contact avec Philae pendant 3 heures par jour par le biais d’échanges brefs de quelques minutes pour garder un maximum de batterie et pouvoir réveiller définitivement.

Le principal enjeu pour l’ESA est de parvenir à demander au robot d’envoyer la mesure de son niveau actuel d’énergie afin de déterminer le rythme auquel se dernier parvient à se recharger. En attendant, la sonde Rosetta continue son vol en orbite autour de Tchouri afin d’envoyer de magnifiques clichés du sol de la comète.

Crédits Photos : ESA
Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform