Clicky



Bons Plans

La sonde Juno nous révèle un visage surprenant de Jupiter

Publié le
Une photo du pôle sud de Jupiter prise par la sonde Juno à une altitude de 52.000 kilomètres. Les ouragans d'ammoniac condensés de plus de 1.000 kilomètres de diamètre sont bien visibles.

Le sonde Juno, actuellement en orbite autour de Jupiter, a dévoilé notre plus grosse voisine sous un nouveau visage. Des images impressionnantes et des surprises au menu.

Jupiter, la plus grosse planète de notre système solaire, n’a pas encore révélé tous ses secrets. La sonde Juno, qui orbite autour de la géante gazeuse, nous a livré de nouveaux clichés de la cinquième planète en partant du soleil et des données parfois surprenantes.

Des ouragans d’ammoniac condensé aux pôles de Jupiter

Selon les données fournies par la sonde Juno, les scientifiques de la Nasa estiment, dans un communiqué de presse publié hier sur leur site internet, que les pôles de Jupiter seraient balayés par des ouragans gigantesques de 1.400 kilomètres de diamètre et pensent que ceux-ci sont composés d’ammoniac condensé.

La partie visible de Jupiter étant principalement orangée, les experts de la Nasa ont, en voyant les clichés pris des pôles, constaté que ceux-ci étaient bleutés. Ces observations inédites de l’atmosphère montrent, à la fois, un système complexe et particulièrement turbulent.

Une autre vue, plus large, du pöle sude de Jupiter. La différence de teinte orange et bleue sur les pôles apparaït clairement.

La présence d’un noyau sur Jupiter toujours mystérieux

Alors que certains modèles prédisaient que la planète Jupiter disposait d’un noyau solide, les résultats envoyés par la sonde Juno ne sont malheureusement pas clair et ne permettent pas d’affirmer que la planète ait un petit noyau. Les scientifiques sont circonspects et pensent que le noyau pourrait finalement être partiellement dissous ou nettement plus important que ce que les modèles prédictifs avaient évalué.

La mesure du champ magnétique de la géante gazeuse a cependant permis de savoir que notre grosse voisine avait un champ magnétique dix fois plus important que celui de notre planète bleue.

Enfin, la sonde en orbite autour de Jupiter a pu relever des jets d’électrons qui proviennent de la haute atmosphère de la planète gazeuse. Ceux-ci pourraient être la source des colossales aurores boréales qui ont été observées, en infrarouge, par Juno.

Crédits Photos : Communiqué de presse de la Nasa
Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform