Clicky



Bons Plans

Pluton continue de nous dévoiler ses secrets

Publié le | Modifié le

En fin de semaine, la NASA a pu nous créditer de superbes images de Pluton. Après avoir découvert des montagnes, l'agence spatiale est désormais en train d'étudier des plaines glacées.

Les images et données sur Pluton arrivent au compte-goutte. C’est qu’il en faut du temps pour parcourir l’énorme distance entre la sonde et la Terre. Les dernières données que l’équipe de New Horizons a reçues ont pu révéler une énorme plaine glacée sur la planète naine.

New Horizons : découverte d’une plaine glacée sur Pluton

C’est mardi dernier que la sonde New Horizons est passée au plus près de son objectif, la planète Pluton. Bien que le survol n’ait duré que quelques minutes, la sonde a pu récolter un grand nombre de données et prendre des clichés de la petite planète. Toutes ces données arrivent petit à petit jusqu’à l’équipe de New Horizons sur Terre qui s’empresse de les analyser au fur et à mesure et de nous informer de leurs trouvailles.

Après avoir découvert des montagnes vertigineuses plus tôt dans la semaine, la NASA révélait vendredi dernier s’intéresser à une grande plaine glacée qui se trouve dans une zone baptisée  “Région Tombaugh”. “Ce n’est pas une zone facile à décrypter”, a déclaré un des scientifiques  Jeffrey Moore, avant d’ajouter : “on ne voit pas d’impacts de cratères récents et la surface de cette zone est donc assez récente, moins de 100 millions d’années. Elle est probablement toujours en train d’être façonnée par un processus géologique”. “La découverte de cette vaste plaine assez jeune, sans cratères d’impacts sur Pluton dépasse toutes nos attentes”. Les scientifiques ont baptisée cette plaine glacée “Plaine Spoutnik”.

L’atmosphère de Pluton s’échappe de la planète

Les scientifiques ont également découvert que l’atmosphère de Pluton, principalement composé de nitrogène, ne cesse de s’échapper de la planète à cause d’une gravité trop faible, à un rythme “d’environ 500 tonnes par heure” précisait une scientifique de la mission Fran Bagenal.

Pour l’instant, les données reçues ne représentent que 2 % des données récoltées par la sonde New Horizons estimait Alan Stern, principal scientifique de la mission. Et Jeffrey Moore de compléter : “Nous n’en sommes qu’aux premiers jours de nos analyses après le survol rapproché de la sonde”. “Aussi extraordinaires que soient ces images, nous n’en sommes qu’au tout début de nos investigations, on fait toujours face à un certain nombre d’hypothèses et nous savons que tirer des conclusions définitives dès à présent serait dangereux”.

Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform