Clicky



Bons Plans

Israël reproche à Facebook de ne pas coopérer avec les autorités

Publié le

Le gouvernement israélien reproche vivement à Facebook de ne pas agir face aux incitations à la haine et à la violence faites à son encontre, en provenance de la Cisjordanie.

Alors que depuis plusieurs mois le gouvernement de Benjamin Netanyahu connait une escalade des violences issues des territoires occupés de Cisjordanie, il accuse Facebook de ne pas assez en faire pour censurer les messages d’incitation à la haine et à la violence à l’encontre du territoire hébreu et de ne pas vouloir coopérer avec les autorités d’Israël. Le réseau de Mark Zuckerberg se défend et assure travailler “avec les organismes de sécurité et les décideurs politiques“.

Israël accuse Facebook de ne pas coopérer avec la police

Selon Israël, Facebook serait peu actif en ce qui concerne la suppression des messages incitant à la haine et à la violence à l’encontre du pays. Le ministre israélien a même été jusqu’à dire que Facebook refuse de coopérer avec les autorités, lors d’une interview sur une chaine de télévision locale hier. “Aujourd’hui Facebook sabote, il faut le savoir, sabote le travail de la police israélienne“. “Parce que, lorsque la police israélienne les contacte, et que c’est à propos d’un résident de Judée-Samarie, Facebook ne coopère pas” expliquait ainsi Gilad Erdan. Judée-Samarie étant le nom biblique des territoires occupés sous l’égide d’Israël.

Le ministre accuse Facebook de s’être rangé du côté de la communauté internationale en estimant que la Cisjordanie est occupée illégalement. Le réseau social refuserait ainsi les demandes de retrait de contenu lorsque qu’elles concernent les habitants de ces régions. “Le gros problème est en Judée-Samarie, parce que Facebook ne reconnaît pas le contrôle par Israël là-bas, et n’est pas prêt à livrer des informations” déclarait encore M. Erdan dans le journal Yedioth Ahronoth.

Facebook rejette les critiques

De son côté, sans répondre directement à M. Erdan, Facebook rappelle qu’il travaille avec le gouvernement israélien. “Nous travaillons régulièrement avec les organismes de sécurité et les décideurs politiques à travers le monde, y compris en Israël, pour nous assurer que les utilisateurs connaissent la manière de faire un usage sûr de Facebook. Il n’y a pas de place pour les contenus qui prônent la violence, les menaces directes, les discours terroristes ou de haine sur notre plate-forme” explique le réseau social dans un communiqué.

Nous avons un ensemble de normes destinées à aider les utilisateurs à comprendre ce qui est autorisé sur Facebook, et nous les invitons à envoyer des signalements lorsqu’ils repèrent des contenus dont ils estiment qu’ils violent ces normes, afin que nous puissions examiner chaque cas et réagir rapidement“, continue le communiqué.

Source : ouest-france.fr
Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform