Clicky



Bons Plans

Quentin Tarantino aimerait produire une série télévisée

Publié le

Le réalisateur Quentin Tarantino a récemment confié, dans une interview accordée à Première, son envie de réaliser une mini-série télévisée basée sur l'univers du western.

Dans quelques jours, le prochain film de Quantin Tarantino, Les Huit Salopards, sera à l’affiche dans nos salles obscures. A cette occasion, Première a eu le droit de s’entretenir avec le réalisateur américain pour une interview révélant une belle exclusivité pour le magazine.

Une mini-série sur le western

En effet, Tarantino s’est un peu lâché concernant son avenir et évoque la possibilité de se mettre un peu à l’écart du cinéma pour réaliser sa première série télévisée : “Il me faut toujours un peu de temps avant de penser à la suite. Ceci dit, je détiens les droits de ce livre que j’ai envie d’adapter depuis un bout de temps, et le moment est peut être venu de m’y atteler. Il s’agit de Forty Lashes Less One, d’Elmore Leonard, qui pourrait être mon troisième western. Je l’envisage plus comme un projet pour la télé, sous la forme d’une mini-série de 4 ou 6 heures.

Il a également expliqué durant cette entrevue pourquoi il ne s’était pas encore lancé dans la création d’une série pour le petit écran : “À chaque fois que je prépare un film, je me vois déjà tourner des suites, puis des prequels, jusqu’au moment où je décide de passer à autre chose. Mais pendant plusieurs mois, c’est :  ‘oui, oui, je vais faire un troisième Kill Bill, puis un autre, et ensuite, ce sera Kill Bill – Origins !‘”

Les Huit Salopards : le premier film d’horreur de Quentin Tarantino

Toujours dans le cadre de l’interview, le journaliste de Première annonce au cinéaste américain que le film Les Huit Salopards s’impose comme son premier film d’horreur, chose que Tarantino confirme par le biais d’une anecdote : “J’ai récemment repris contact via internet avec une ex-petite amie, que je fréquentais avant de tourner Reservoir Dogs. Je l’ai invitée à venir voir le film et, à l’issue de la projection, elle a demandé à m’interviewer pour son blog culturel. Elle a été la première à me faire la remarque pendant l’entretien, avançant l’idée que Les Huit Salopards est en apparence mon deuxième western mais qu’au fond, il s’agit avant tout de mon premier vrai film d’horreur. Quand on y pense, la musique d’Ennio Morricone s’apparente d’ailleurs plus à celle d’un film d’horreur qu’à un score de western spaghetti. On est plus proche de The Thing que de Sergio Leone…

Vous avez aimé cet article ?
Commentaires
Test produits
Longform