Clicky



Bons Plans

#OSTgasme Spécial interview de Perturbator

De son vrai nom James Kent, Perturbator est un artiste français dont la musique a non seulement participé au succès de la licence Hotline Miami, mais a aussi aidé la scène synthwave à décoller.

#OSTgasme Spécial interview de Perturbator

C’est dans le cadre du premier festival de synthwave français Synthzilla qui s’est déroulé à Lyon les 30 et 31 octobre dernier que nous avons pu approcher Perturbator. Désormais connu à l’international depuis l’intégration de certaines de ses pistes aux 2 jeux Hotline Miami ou plus récemment à la série Limitless de CBS, James Kent est un touche à tout qui ne se limite d’ailleurs pas qu’à l’électronique des années 80, dont s’inspire la synthwave. Ses nombreux albums et EP vont piocher dans des styles variés et son side project orienté musique d’ambiance L’enfant de la Forêt, le prouve.

Sans plus de présentations, voici une interview de Perturbator mêlée à plusieurs de ses morceaux, #OSTgasme oblige. Les titres choisis sont tous dans les jeux de Dennaton Games, mais des pistes du dernier album Dangerous Days auraient également eu toute leur place ici.

Perturbator – Miami Disco (Hotline Miami)

Quelles sont tes principales inspirations, quelles sont les oeuvres qui t’influencent dans ce que tu fais ?

Ça va être compliqué parce que j’écoute beaucoup, beaucoup de musique et de plusieurs styles différents. Je pioche un peu dans tout ce que j’aime et dans tous les styles… […] Le prochain album est plus inspiré des bandes-son des années 70 que des années 80… y’a des trucs un peu en mode genre… Satanism Exploitation… en mode un peu barré, foireux comme ça, avec des rituels et en un peu plus occulte.

Quelles sont tes oeuvres préférées, qui te viennent directement à l’esprit ?

La bande-son de Blade Runner, la bande-son de Silent Hill et Mr. Bungle, mon groupe préféré de tous les temps. Ils ont fait 3 albums et les 3 sont super différents et ils ont couvert tous les styles musicaux en 3 albums et ils le font super bien.

Perturbator – Vengeance (Hotline Miami)

Et en ce moment, un film, un jeu ou une série ?

Récemment j’ai vu le film It Follows qui est plutôt cool. Et du coup ça m’a donné envie de faire des trucs un peu plus films d’horreur plus que science-fiction.

Est-ce que tu as vu Kung Fury ?

Ouais je l’ai vu. C’est un bon divertissement, mais je trouve que ce n’est pas un film d’action, mais une comédie et une mauvaise comédie. La blague durant tout le film c’est “wahou les années 80 regardez comment c’est rigolo” et du coup c’est marrant 5 minutes, mais après ça devient chiant. Il aurait fallu que ce soit plus long pour disperser les gags. Ça fait un peu genre “YouTube le film”. Mais c’est un bon divertissement.

Perturbator – Technoir (ft. Noir Deco) (Hotline Miami 2)

Et du coup le fait que la synthwave et les années 80 reviennent un peu à la mode ça ne te gonfle pas ? Est-ce qu’il n’y en a pas trop ?

C’est une bonne question. Je t’avoue que ça me gonfle un peu dans la mesure où j’ai peur que ce soit une mode, qu’il y ait une montée comme ça et qu’au final ça retombe direct après. Et ça me fait un peu bader parce que ce que je fais et ce que font tous les artistes présents ce soir et la plupart des musiciens de synthwave ils le font sincèrement et le faisaient avant que ce soit à la mode.

Qu’est-ce que ça t’a apporté de participer aux oeuvres où sont présentes tes musiques ?

À vrai dire il n’y a que Hotline Miami qui m’a donné une espèce de changement, ça m’a donné un public… bizarrement pour Limitless je n’ai pas trop de retour ni rien. Il n’y a qu’avec  Hotline Miami où j’ai ressenti que j’avais fait partie d’un truc plus grand que ce que je pensais. Après The Guest il n’y a pas beaucoup de gens qui ont vu le film et pareil pour Limitless.

Perturbator – Sexualizer (Hotline Miami 2)

Du coup ta musique sera dans d’autres oeuvres prochainement ?

Oui, mais je ne peux rien préciser. J’essaie vraiment de rentrer dans Cyberpunk 2077 (NDR : le prochain jeu de CD Projekt Red), mais… Star Citizen aussi j’aimerais bien. Genre dans un bar en fond.

Et la suite purement au niveau de ta musique ?

Janvier/février pour le prochain album normalement (NDR : The Uncanny Valley). Et puis après, je sais pas… je vais peut-être faire une pause et faire autre chose avec mon side project. Un truc avec des voix d’opéra. Pour Perturbator c’est la première fois où je n’ai pas trop d’idées pour la suite en fait. J’ai des idées, mais c’est un peu foireux… on verra.

Perturbator – Electric Dreams (Hotline Miami)

Crédits Photos : Begeek
Commentaires
Test produits
Longform