Clicky



Bons Plans

Internet est-il un besoin de première nécessité ?

Publié le | Modifié le

Axelle Lemaire prévoit dans son projet de loi sur le numérique le maintien de la connexion Internet pour les foyers en difficulté financière. Les opérateurs, eux, y sont vivement opposés.

La loi prévoit le maintien de l’eau, l’électricité et du gaz pour les foyers ayant de grosses difficultés financières. La secrétaire d’Etat Axelle Lemaire souhaiterait qu’il en soit de même pour l’accès à Internet, ce qu’elle prévoit dans son projet de loi sur le numérique. La FFT qui regroupe 3 des 4 opérateurs français n’est pas du tout d’accord.

Les familles précaires doivent-elle conserver leur accès à Internet ?

Dans le cadre du projet de loi sur le numérique, Axelle Lemaire, la secrétaire d’Etat en charge du numérique, souhaite faire passer l’accès à Internet comme un produit de première nécessité au même titre que l’eau, l’électricité et le gaz. Ainsi une famille ayant de grosses difficultés financières ne pourrait pas se voir couper son accès à Internet.

Les opérateurs Orange, Bouygues Télécom et Numericable-SFR, réunis dans la FFT (Fédération Française des Télécommunications), ont fait savoir qu’ils sont vivement opposés à cette mesure. Dans le quotidien l’Express, le directeur général de la FFT Yves Le Moüel déclarait : “nous ne sommes pas dans le même cas de figure que pour le gaz ou l’eau. Internet n’est pas indispensable au bien-être minimal et le service de téléphonie est déjà maintenu pour les foyers en difficulté afin de passer des appels d’urgence“. “Sans compter que des forfaits à deux euros par mois pour les mobiles intègrent Internet, le coût financier n’est donc pas lié à l’accès mais à l’acquisition des appareils, smartphones et PC“, ajoutait-il.

Internet est un droit fondamental dit l’ONU

En 2012, l’ONU déclarait Internet comme un droit fondamental et en 2013, Fleur Pellerin qui était ministre de l’Economie numérique avait déclaré : “couper l’accès à internet, c’est comme couper l’eau“. Pas sûr que les opérateurs accèdent à une telle exigence, eux qui se plaignent déjà d’être trop taxés.

Toujours selon l’Express, de son côté Numericable-SFR fait savoir, par l’intermédiaire de son directeur général délégué Jérôme Yomtov, que le groupe propose un forfait à 4 euros avec la participation des bailleurs sociaux, qui regroupe la téléphonie fixe, un accès à Internet et à la TNT HD.

Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform