Clicky



Bons Plans

Hello Barbie, la poupée qui parle et enregistre les enfants

Publié le | Modifié le
Dites bonjour à Hello Barbie ! Soyez poli, vous êtes enregistrés

Un groupe de défense des consommateurs estime qu'Hello Barbie met les enfants sur écoute

Alors qu’elle avait déjà fait polémique en Allemagne, la Hello Barbie est maintenant dans le collimateur d’une association américaine. Pour le groupe Campaign for a commercial-free childhood, l’enjeu est bel est bien celui de la vie privée des enfants, plus particulièrement des paroles qu’ils peuvent confier à une poupée alors qu’ils jouent. La polémique apparaît alors que la fameuse Hello Barbie n’a pas encore été commercialisée et le groupe a d’ailleurs lancé une pétition pour empêcher Mattel de la mettre sur le marché.

Hello Barbie : comment ça marche ?

Présentée au salon du jouet de New York au mois de février, la Hello Barbie est prévue pour une mise en vente à partir de l’automne 2015. Ce jouet, prévu au prix de 75 dollars, doit permettre de réaliser le rêve de nombreuses petites filles : que leur poupée Barbie puisse les comprendre et parler avec elles. La technologie à l’oeuvre est la suivante. Un microphone est intégré à la boucle de ceinture d’Hello Barbie et la poupée est connectée en Wi-Fi. Les paroles prononcées par les enfants (ou toute personne parlant à la poupée) sont enregistrées et envoyées sur des serveurs dans le Cloud. Là, un logiciel de reconnaissance vocale traitera les informations pour déclencher une réponse appropriée parmi toutes celles qui auront été préalablement définies et pré-enregistrées.

C’est l’enregistrement des enfants par Hello Barbie qui est pointé du doigt par l’association

C’est ToyTalk, la partenaire technique de Mattel, qui fournit la solution de reconnaissance vocale. Même si les enregistrements sont archivés pendant deux ans, Mattel tient à rassurer les parents. En effet, il faut savoir pour commencer que les parents devront signer un document pour que leur progéniture puisse utiliser la Hello Barbie. En outre, ils auront eux-mêmes accès aux enregistrements des paroles de leurs enfants. Certains soulignent que cela n’est justement pas une bonne idée, car cet accès au jardin secret des enfants va à l’encontre même de la liberté dans laquelle devrait être un enfant lorsqu’il joue avec ses poupées. Par ailleurs, le groupe de défense des consommateurs Campaign for a commercial-free childhood souligne que cette façon de reprendre la main sur l’activité ludique en orientant le dialogue risque justement de stériliser une partie de la créativité des jeux d’enfants.

Mattel rejette la présentation d’Hello Barbie comme un outil de surveillance

En effet, le géant mondial du jouet souligne son engagement dans la sécurité et la sûreté et indique qu’Hello Barbie respecte la réglementation américaine en vigueur, y compris la loi de protection de la vie privée des enfants. Mattel ajoute que la techologie déployée comporte tous les gardes-fous qui empêchent quiconque n’y étant pas autorisé d’accéder aux données. Toutes les réponses de Barbie seront écrites à l’avance et, surtout, l’objectif du traitement des données recueillies porte sur l’amélioration de la reconnaissance vocale ainsi que des futurs jouets. Quoi qu’il en soit, le fabricant assure que les parents contrôleront à 100% les données issues de leur famille.

Barbie reste un énorme enjeu financier

L’enjeu est loin d’être négligeable puisque la poupée Barbie, qui a 56 ans cette année, génère encore un chiffre d’affaires mondial annuel d’environ 3 milliards de dollars. La reine des poupées est cependant mise en danger par la constante montée en puissance des jouets plus technologiques et ses chiffres de vente de 2014 étaient en diminution de 16% par rapport à ceux de 2013. On comprend pourquoi Mattel souhaite absolument s’adapter aux demandes d’interactivité du marché.

Crédits Photos : BBC
Vous avez aimé cet article ?
Commentaires
Test produits
Longform