Clicky

PS4 : tout ce qu’il faut savoir sur la console de Sony

Par Antoine Roche,  publié le 29 novembre 2013 à 10h00, modifié le 29 novembre 2013 à 10h04.
 11 minutes

Si vous hésitez encore à faire main basse sur une PlayStation 4, voici notre dossier récapitulatif sur la console de Sony.

Disponible depuis 2 semaines aux États-Unis, la PlayStation 4 débarque enfin en Europe le 29 novembre. Fort logiquement, après notre comparatif entre la PS4 et la Xbox One, puis notre dossier détaillé sur la machine de Microsoft, le tour de celle de Sony est arrivé. Interface, services, périphériques, jeux… voici un tour du propriétaire pour éventuellement guider votre choix.

Les arguments et spécificités de la console

Tout comme la Xbox One, la PlayStation 4 possède une « philosophie » qui lui est propre. Si la One se veut une machine « tout-en-un » qui propose autre chose que du jeu vidéo, la console de Sony se concentre au contraire avant tout sur ce point. Elle propose évidemment d’autres choses, que nous verrons plus bas, mais sa priorité reste le jeu vidéo et les choix opérés par Sony le rappellent.

Une console de jeu ultra sociale

Peut-être moins complète technologiquement que sa concurrente multitâche qui impose le capteur de mouvement quand Sony conserve le périphérique en option, Sony propose néanmoins une console plus puissante, moins chère et encore plus orientée partage et social que la Xbox One. Si Microsoft a pris quelques risques (malgré ses rétropédalages), Sony est demeuré assez classique dans sa proposition et livre une console qui devrait répondre aux souhaits des joueurs avant tout.

Avec davantage de partenariats signés avec des studios que sa concurrente directe, il y a fort à parier que l’année 2014 sera riche en jeux sur la machine. Celle-ci affiche pour le moment, et c’est étonnant vu sa philosophie de gameuse, un nombre d’exclusivités tristement bas.

La console en détail

Hardware

Playstation 4Xbox One
Taille et poids30,5 x 27,5 x 5,3 cm pour 2,8 kg34,4 x 26,3 x 8 cm pour 3,2 kg
Processeur (CPU)AMD Jaguar 8 cœurs x86 (1,6 GHz)AMD Jaguar 8 cœurs x86 customisé (1,75 GHz)
Mémoire vive (RAM)8 Go de GDDR58 Go de DDR3
Processeur graphique (GPU)AMD Radeon Graphics Core Next Engine, 1152 shaders853 MHz AMD Radeon GPU, 768 shaders
StockageDisque dur amovible de 500 Go de 2,5″Disque dur non amovible de 500 Go de 2,5″
Lecteur optiqueBlu-Ray/DVDBlu-Ray/DVD
Opérations à virgule flottante par seconde (flops)1,84 tflops1,31 tflops (non officiel)
Entrées/Sorties2 ports USB 3.0, Bluetooth 2.1, sortie numérique optique, Wifi b/g/n, HDMI out, Ethernet, pas de stockage externe, alimentation interne3 ports USB 3.0, sortie numérique optique, Wifi b/g/n, HDMI in/out, Ethernet, stockage externe via USB, alimentation externe

Concrètement, en se basant à la fois sur les données chiffrées et les retours des utilisateurs, la PlayStation 4 se situe au-dessus de la Xbox One en termes de puissance brute. Si elle demeure en dessous d’un PC de gamer, la PS4 en a sous le capot et propose la plupart du temps des jeux en 1080p (souvent du 720p upscalé en 1080p certes) à 60 images par seconde quand sa concurrente reste souvent bloquée au 720p.

Manette

L’un des points faibles de la PS3 face à la Xbox 360 n’était autre que son contrôleur. Avec la Dualshock 4, Sony semble s’être réveillé et propose un périphérique capable d’égaler celui de la One. Parmi les nouveautés on notera évidemment l’ajout d’un pavé tactile cliquable au centre de la manette qui remplace les classiques Start et Select, d’un haut-parleur intégré (et d’une prise casque), des boutons Partage et Options ou encore d’une barre colorée à l’arrière.

Celle-ci permet non seulement d’identifier les joueurs ou d’indiquer leur état dans un jeu, mais aussi d’interagir avec le PlayStation Camera pour les jeux compatibles PS Move. Le constructeur a également revu ses sticks, plus précis, le placement des moteurs de vibration, mais aussi ses gâchettes qui ne glissent plus désormais. Cette fois, cette manette devrait être compatible PC par la suite.

PlayStation Camera

Contrairement à Kinect qui est fourni avec chaque Xbox One, la PlayStation Camera (ou PlayStation Eye) est proposée à côté (60 euros) ou en bundle. À noter que la barre est compatible avec la Dualshock 4 mais aussi avec les contrôleurs PS Move de la PS3. Avec ses deux caméras, elle dispose d’un angle de vision de 85° (supérieur à Kinect) mais ne peut capturer qu’en 720p (contre 1080p chez Microsoft). Le microphone intégré permet également d’utiliser la reconnaissance vocale de la console. Pour le moment, seuls Just Dance 2014 et Playroom (l’expérience en réalité augmentée proposée avec la console) semblent supporter la PlayStation Camera. N’étant présentée que comme un accessoire contrairement à Kinect, peu de développeurs risquent de travailler pour rendre compatible leurs jeux avec la PlayStation Camera.

Avec chaque console est fourni un micro-casque mono qui se branche à la manette. À noter que via le premier patch de la machine (1.50) il est finalement possible de brancher d’anciens casques USB. La compatibilité des casques Bluetooth devrait arriver plus tard.

Interface et services

Concernant l’interface, Sony reprend le menu horizontal de la PS3 tout en l’améliorant concrètement. Bien que le jeu soit la priorité de la console, il est aisé d’accéder à d’autres médias comme la musique ou la TV. Même chose pour le PlayStation Store, bien plus clair et rapide que sa précédente version. Très orientée partage, la PS4 propose au sein de son interface un système de notifications et de suivi de ce que font vos amis. Cette interface peut d’ailleurs être commandée à la voix via un micro ou le PlayStation Eye. Moins multitâche que la Xbox One, la PS4 permet néanmoins de lancer plusieurs applications en même temps comme mettre un jeu en pause pour lancer le navigateur Internet ou encore lancer un chat vocal en parallèle.

La PlayStation 4 se tourne tellement vers le jeu qu’elle en oublie d’autres points importants. Ainsi, des éléments aussi basiques que le support des CD audio ou du format MP3 ne devraient être implémentés à la console que plus tard… Concernant les applications disponibles, voici la liste de celles proposées aux USA le 15 novembre à son lancement : Amazon Instant Video, Crackle, Crunchyroll, EPIX, Hulu Plus, NBA Game Time, Netflix, NHL GameCenter Live, Redbox Instant by Verizon, VUDU et Yupp TV. Bien entendu, en France les applications risquent d’être bien différentes puisque la majorité de ces services ne sont pas supportés dans l’hexagone.

Gaikai devrait également arriver plus tard et permettre de jouer à d’anciens titres via le cloud. Un bon moyen de compenser l’absence de rétrocompatibilité native à condition que le prix et les conditions de jeux soient corrects. Par ailleurs les jeux pourront être lancés avant la fin de leur téléchargement ou installation. Concernant l’aspect multijoueur, Sony fait le même choix que Microsoft en rendant cette fois obligatoire la souscription à un abonnement PlayStation Plus pour jouer en ligne.

Le jeu vidéo plus social et connecté que jamais

Ensuite, à l’instar de SmartGlass pour la Xbox One, Sony propose une application compagnon pour sa PlayStation 4. La PlayStation App est disponible gratuitement sur iOS et Android et permet d’interagir avec la console. Acheter et mettre à télécharger des jeux à distance, consulter les différents services et naviguer via sa tablette ou son smartphone, consulter le profil de ses amis, discuter avec eux ou encore envoyer des invitations, les interactions sont nombreuses. De plus, les jeux compatibles utiliseront l’application comme un second écran pour simplement afficher des informations supplémentaires ou faire partie intégrante du jeu comme c’est le cas de Watch_Dogs.

Très orientée partage donc, la machine enregistre automatiquement les 15 dernières minutes de jeu afin d’y sélectionner vos meilleurs moments ou une capture avant de les partager sur les réseaux sociaux. Le live streaming via Twitch et UStream sont également de la partie dès le lancement. Le bouton Partage de la manette est également là pour encore un peu plus simplifier cette fonctionnalité très mise en avant par Sony. Les possesseurs de la PlayStation Eye pourront également ajouter leur visage dans un coin et les vidéastes amateurs risquent de fleurir. Toutes ces possibilités sociales demanderont évidemment une bonne connexion Internet et que les serveurs de Sony tiennent le coup.

Enfin, l’un des avantages non négligeables de la PlayStation 4, sous réserve de posséder une PlayStation Vita évidemment, réside dans la fonctionnalité remote play. En connectant les deux machines sur le même réseau WiFi, il est possible de débuter une partie sur la console de salon et de la reprendre directement sur la console portable. La Vita peut également servir de second écran comme la PlayStation App.

Jeux disponibles

Tout comme la One, les jeux exclusifs disponibles au lancement de la PS4 ne sont pas très nombreux et il peut être avisé de patienter. D’autant que leurs premières notes de Knack, Killzone Shadow Fall et Resogun sont bonnes sans être non plus dithyrambiques. Sony se rattrape néanmoins avec la présence de nombreux jeux indé déjà disponibles sur d’autres plateformes.

  • Assassins Creed : Black Flag (Ubisoft Entertainment)
  • Battlefield 4 (Electronic Arts Inc.)
  • Blacklight Retribution (Perfect World Entertainment)
  • Call of Duty : Ghosts (Activision)
  • Contrast (Sony Computer Entertainment Inc.)
  • DC Universe Online (Sony Computer Entertainment Inc.)
  • Escape Plan (Sony)
  • FIFA 14 (Electronic Arts Inc.)
  • Flower (Sony)
  • Injustice: Les Dieux sont Parmi Nous – Ultime Edition (Warner Bros Games)
  • Just Dance 2014 (Ubisoft Entertainment)
  • Killzone : Shadow Fall (Sony Computer Entertainment Inc.)
  • Knack (Sony Computer Entertainment Inc.)
  • LEGO Marvel Superheroes (Warner Bros. Interactive Entertainment)
  • Madden 25 (Electronic Arts Inc.)
  • Minecraft (Mojang)
  • NBA 2K14 (2K Games)
  • NBA Live (Electronic Arts Inc.)
  • Need for Speed: Rivals (Electronic Arts Inc.)
  • Resogun (Sony Computer Entertainment Inc.)
  • Skylanders Swap Force (Activision)
  • Sound Shapes (Sony Computer Entertainment Inc.)
  • Super Motherload (XGen Studios)
  • Tiny Brains (505 Games)
  • Trine 2 : Complete Story (Atlus)
  • Warframe (Digital Extremes)

Jeux à venir

Heureusement, la PlayStation 4 devrait rapidement accueillir un grand nombre de jeux exclusifs (au moins dans un premier temps) dans les prochains mois. Le développement d’un 4ème épisode de la saga Uncharted a été confirmé, le repoussé jeu de course automobile #DriveClub arrivera également plus tard, de même qu’inFAMOUS : Second Son, The Order : 1886, Rime ou encore Deep Down.

Même s’ils sortiront aussi sur d’autres machines, des jeux comme Destiny, Hotline Miami 2, The Witness, The Division ou encore Watch_Dogs viendront renforcer un catalogue qui s’annonce conséquent.

Où l’acheter ?

En plus du site officiel, la PS4 peut être achetée via différents revendeurs qui proposent quelques bundles. Nue avec une seule manette, la console est proposée à 399 euros. Amazon, la Fnac et d’autres proposent deux bundles avec Killzone : Shadow Fall. Le 1er est proposé à 439 euros, tandis que le second est à 499 euros et ajoute une seconde manette et la PlayStation Camera.

Concernant le bundle Watch_Dogs (ce dernier étant repoussé), Ubisoft a confirmé qu’il sera remplacé par un bundle Assassin’s Creed IV : Black Flag.

Un bundle inFAMOUS Second Son arrivera également le 21 mars 2014 avec la sortie du jeu. Un « Ultimate Bundle » devrait également arriver avant les fêtes de fin d’année et proposer une PS4 et une PS Vita.

Conclusion et avis

La PlayStation 4 a choisi son cheval de bataille sans équivoque : le jeu vidéo. Avec son orientation qui met de côté un grand nombre de fioritures pour se concentrer sur l’essentiel, sa puissance certaine à prix plus raisonnable que la concurrence, son contrôleur clairement amélioré et un énorme catalogue de jeux à venir, la PS4 a toutes les chances de s’imposer comme la console de salon ultime dans les prochains mois. Et ce, même si son interface ultra orientée sociale ne plaira pas à tout le monde et que certaines fonctionnalités basiques (comme la possibilité d’utiliser la PS4 en tant que serveur multimédia notamment) manquent tristement à l’appel.

« This is for the players »

Si pour la Xbox One nous incitons à être patient, ce conseil s’applique moins à la PS4. Même si le catalogue d’exclusivités demeure léger au lancement et que les notes de ces jeux sont moyennes, la machine de Sony semble mieux se débrouiller que la Xbox One sur ce segment principal qu’est le jeu vidéo. Les studios motivés pour développer sur la console s’annoncent nombreux et bien qu’il ne soit pas obligatoire d’investir dès maintenant, le faire risque de ne pas être vain à terme si Sony respecte ses engagements et corrige les quelques défauts de la machine.

Contenu sponsorisé