Clicky



Bons Plans

La Nasa réussi le déploiement d’un habitat gonflable dans l’espace

Publié le

Dans le cadre du test d'un habitat gonflable, la Nasa a finalement réussi à déployer hier son module BEAM, amarré à l'ISS, après un échec jeudi dernier.

Après la tentative loupée de jeudi, la Nasa a pu finalement gonfler son module BEAM attaché à la Station spatiale internationale (ISS). Les ingénieurs de l’agence spatiale américaine ont pris leur temps pour déployer ce premier prototype d’habitat gonflable. Il aura fallu plus de 7 heures pour le gonfler totalement et le pressuriser.

L’habitat gonflable BEAM de la Nasa s’est correctement déployé

La deuxième tentative aura été la bonne. Après avoir subi un échec jeudi dernier, l’habitat gonflable BEAM (Bigelow Expandable Activity Module) aura pu être déployé totalement à l’extérieur de l’ISS hier à 20h10 GMT. Ce prototype fait partie des expériences de la Nasa afin de créer un espace de vie utilisable lors d’un séjour éventuel sur la Lune ou Mars. BEAM est peu encombrant à transporter et une fois gonflé, il propose un espace de 4 mètres de long pour un diamètre de 3,23 mètres et un volume de 16 m3 soit l’équivalent d’une petite pièce.

Le module est complètement gonflé maintenant et complètement pressurisé” déclarait hier Daniel Huot,  le porte-parole de la Nasa avant de préciser qu’il s’agit d'”une journée pleine de succès avec le gonflement du premier habitacle humain gonflable ayant jamais été déployé dans l’espace“. Désormais, des tests vont avoir lieu pour évaluer l’étanchéité et les astronautes vont effectuer différentes tâches préparatoires avant d’entrer dans le module d’ici une semaine.

Tester la résistance du module

Le module va rester amarré à la Station spatiale internationale pendant 2 ans avant d’être incendié puis détaché. Durant ces 2 ans, les astronautes à bord de l’ISS entreront plusieurs fois dans le module pour relever les données recueillies par différents capteurs et évaluer son état.

L’objectif de cette expérience est de déterminer si ce type de module est capable de résister aux radiations solaires et cosmiques, aux températures extrêmes ainsi qu’aux micrométéorites et  autres débris naviguant dans l’espace.

Source : 20minutes.fr
Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform