Clicky

Interview de Sarah Cherruault : la vie après le hackathon #9

Par Alexandre de BeMyApp,  publié le 21 avril 2014 à 10h00, modifié le 24 avril 2014 à 14h28.
 3 minutes

La semaine dernière, on vous présentait Pascal Latouche. Cette semaine découvrez la fondatrice de Auticiel : Sarah Cherruault.

Pouvez-vous vous présenter en quelques mots ?

Je m’appelle Sarah, je suis diplômée de Telecom, école de management (promo 2013). Mes études m’ont sensibilisé au milieu des nouvelles technologies. J’ai fait des stages dans des entreprises liées aux applications et j’ai eu l’opportunité via mon école de participer au Challenge Entreprendre en 2011.

En parallèle, à la suite de rencontre de parents d’autistes, j’ai découvert qu’il est plus facile pour les autistes de se concentrer et d’apprendre sur des tablettes. J’ai donc voulu contribué à l’évolution de l’apprentissage des autistes et les différents concours auxquels j’ai participé ont permis de développer mon projet..

Vous avez participé à plusieurs hackathons, pourquoi y avoir participé ?

J’ai particulièrement apprécié le Challenge Entreprendre, organisé au sein de mon école en collaboration avec une école d’ingénieurs. A la sortie de ce challenge, je me suis rendue compte que nos profils étaient trop fermés car limités à une école d’ingénieur et une école de Télécom.  A ce moment, j’ai découvert BeMyApp, j’ai donc rejoint une équipe au hackathon Bada par Samsung. Notre équipe a gagné et nous nous sommes rendus en Corée du Sud pour un geektrip avec l’ensemble de l’équipe.

Ce hackathon m’a encouragée à poursuivre et à donner une chance supplémentaire à mon projet d’application pour les autistes. Les rencontres que j’ai faites lors des hackathons m’ont permis de rencontrer des personnes avec des profils différents et ainsi me rendre compte de nos adéquations, de leur professionnalisme et leurs compétences. J’ai d’ailleurs rencontré mon associé au cours du Hackathon Samsung Bada. Deux mois après ma participation et mon geektrip en Corée du Sud, nous avons lancé une première application sur l’autisme et les émotions du visage. J’ai présenté cette application au hackathon Téléthon.

Qu’est-ce que cela vous a apporté ?

Tout d’abord, de très bons souvenirs et de beaux prizepool. J’ai remporté chacun des challenges auxquels j’ai participé. Chacun d’entre eux m’ont permis d’avancer sur mes projets. Les hackathons ont été des accélérateurs dans la réalisation de mes projets, du recrutement au développement des applications.

Qu’est-ce qui t’a donné envie de participer à un autre hackathon ?

Un hackathon pour moi, c’est un apport en ressources humaines. Je considère les hackathons comme un moment idéal pour rencontrer des gens avec un état d’état d’esprit tourné sur l’innovation. C’est une possibilité de tester l’efficacité d’un futur collaborateur.

Il est difficile de recruter un designer, un développeur sans savoir ce qu’il vaut. Les hackathons sont  un moment privilégié pour rencontrer des personnes avec qui je pourrai travailler dans le futur.

Comment votre projet a-t-il évolué après votre participation au hackathon Téléthon?

Aujourd’hui le projet a bien évolué puisque la société existe maintenant depuis 3 ans. Nous ne sommes plus focalisés seulement sur les personnes autistes, nous développons des applications pour favoriser l’intégration sociale, l’accès à l’école et l’insertion professionnelle des personnes à déficience cognitive. Nous avons aujourd’hui 3 applications : Social Andy, Time In et Autimo. Et nous continuons de nous développer !

En savoir plus

 / 

Inscrivez-vous à la newsletter Begeek

Et recevez chaque jour la sélection d'articles de la rédaction !


Recevez le meilleur de Begeek sélectionné par la rédaction.


Recevez chaque jour notre sélection de bons plans !

Contenu sponsorisé