Clicky



Bons Plans

La robotique au service des greffes rénales sur des patients obèses

Publié le

Le CHU de Toulouse vient de réaliser deux greffes rénales sur des patients obèses. Une prouesse rendue possible grâce à un robot.

La robotique est de plus en plus présente dans le domaine de la chirurgie. Les opérations robot-assistées permettent aux patients de moins souffrir durant la période post-opératoire et d’éviter des complications. Au CHU de Toulouse on utilise un robot « Da Vinci » qui avait déjà donné des bons résultats lors d’opérations précédentes. Dernièrement ce sont deux patients souffrant d’obésité qui ont pu bénéficier d’une greffe rénale grâce à ce robot à la pointe de la technologie.

Deux greffes rénales robot-assistées au CHU de Toulouse

Deux patients souffrant d’obésité ont pu recevoir une greffe de reins au CHU de Toulouse grâce à une opération robot-assistée. Une première en Europe. Il est risqué de faire subir une telle greffe à des personnes obèses indiquait le Dr. Nicolas Doumerc qui a manipulée le robot lors des deux chirurgies. « Les obèses sévères ou morbides ont environ 40 % de risques supplémentaires de complications post-opératoires », indiquait-il.

Cependant, l’utilisation d’un robot permet une manipulation plus précise et de limiter les incisions, généralement plus compliquées chez des personnes en surpoids. Dans ce cas-là une incision de 4 centimètres aura suffi.

Un robot à la pointe de la technologie

Le robot utilisé lors de ces deux greffes est un modèle « Da Vinci ». Ce système est composé de divers éléments assurant au chirurgien un contrôle total sur ce qu’il est en train de faire. Le praticien prend place sur la console, à quelques mètres du patient et place sa tête devant une binoculaire qui lui donne une vision en haute définition et en trois dimensions du champ opératoire. Ces doigts contrôlent une sorte de joysticks à l’aide desquels il manipule les instruments à distance. Ces instruments sont d’ailleurs interchangeables et retranscrivent parfaitement les mouvements du chirurgien.

Enfin, on retrouve le télémanipulateur qui se compose d’un bras robotique en contact avec le patient, lui-même composé de deux ou trois bras auxquels sont attachés les instruments et un bras supplémentaires pour l’optique de l’endoscope qui renvoie la vidéo au chirurgien.

Source : lexpress.fr
Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform