Clicky



Bons Plans

Grooveshark : le message d’adieu

Publié le

Le service de streaming musical gratuit Grooveshark vient d'être définitivement fermé par ses propriétaires. Ces derniers venaient de perdre un procès contre certaines majors de l'industrie du disque et devaient payer plus de 700 millions de dollars.

La nouvelle vient de tomber : Grooveshark est définitivement fermé. La société qui avait créé Grooveshark en 2007 venait de rentrer dans une nouvelle procédure judiciaire contre certaines majors de l’industrie du disque et elle avait été reconnue coupable d’une infraction sur les droits d’auteurs. Ses propriétaires ont donc été contraints de jeter l’éponge suite à un accord avec les majors.

Grooveshark : des soucis juridiques depuis 2010

Les soucis juridiques de Grooveshark ne sont pas une nouveauté. Les majors telles que Sony, Universal et Warner se sont confrontées à la société détentrice de Grooveshark (EMG, pour Escape Media Group) depuis 2010 et la politique même du fonctionnement de ce service de streaming musical laissait présager d’une telle conclusion.

Grooveshark avait vraiment débuté son activité de streaming en 2008. A l’époque, son lecteur média était en Flash et le service avait rencontré un beau succès. Mais cette dépendance à la technologie Flash était un problème car il était facile à Google et Apple d’empêcher à Grooveshark de s’imposer dans le monde des applications mobiles. Ceci fut oublié dès 2012 quand le service s’est offert un lecteur média entièrement en HTML5 et le nombre d’utilisateurs allait atteindre les 30 millions. Mais les procès en cours allaient vite rattraper la société EMG et précipiter la fin de Grooveshark.

Un dernier message d’adieu

Le 24 avril dernier, un tribunal de New York avait prononcé son verdict et avait reconnu EMG coupable d’une sévère infraction aux lois américaines de copyright. La société aurait alors dû s’acquitter d’une somme dépassant allégrement les 700 millions de dollars. Les détenteurs de Grooveshark ont donc décidé de mettre un terme à leur activité suite à un accord avec les majors, accord qui met un terme aux poursuites.

Sur la page web de Grooveshark, on peut lire actuellement le message suivant : “Bien qu’animés par les meilleures intentions, nous avons commis de sérieuses erreurs. Nous avons échoué à sécuriser les licences nécessaires auprès des ayants-droit pour la grande quantité de musique proposée par notre service. Nous avons eu tort. Nous présentons nos excuses. Sans réserve“. Avant de conclure avec ce qui s’apparente à un adieu définitif : “Si vous aimez la musique et respectez les artistes, les auteurs et tous ceux qui rendent la bonne musique possible, utilisez un service sous licence qui compense les artistes et autres ayants-droits“. Dans ce même message, les propriétaires de feu Grooveshark citent même les noms des programmes concurrents, comme Spotify, Deezer et Beats Music, parmi d’autres, invitants les internautes à se diriger maintenant vers ces derniers.

Source : France Info
Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform