Test Razer Naga Pro

Par Hadrien Miche,  publié le 1 octobre 2020 à 14h39, modifié le 1 octobre 2020 à 15h10.
Tech
8 /10

Notes

  • Prise en main
    9
  • Synapse (logiciel)
    6
  • Fonctionnalités
    9

Avantages

  • - Bonne prise en main
  • - S'adapte à vos jeux

Inconvénients

  • - Câble USB non standard
  • - Razer Synapse (qui bug souvent)

La Razer Naga Trinity évolue cette année pour couper le cordon et devenir sans fil ! L'occasion de revenir sur cette souris pour droitiers capable de s'adapter à tous vos jeux vidéo !

Présentation

Razer fait évoluer sa Naga Trinity pour bénéficier du sans fil avec sa technologie Hyperspeed Wireless ! Malheureusement pour les anciens joueurs, la nouvelle souris n’est pas compatible avec les anciennes plaques de la Trinity et elle se destine avant tout aux droitiers puisque son design et ses fonctionnalités ne permettent pas d’en faire une souris ambidextre…

Si la souris se connecte en Wi-Fi (via un dongle), elle est aussi capable de switcher en Bluetooth pour améliorer son autonomie, on passe de 100h à 150h d’utilisation (sans l’éclairage). Si le sans fil vous gène, il est possible d’utiliser le câble micro-USB fourni, d’ailleurs j’en profite pour pester dessus car aucun de mes câbles n’étaient assez fins pour le remplacer et pas possible non plus d’en racheter un sur leur store… Le câble sert à la recharge, mais vous pouvez aussi investir dans un dock de recharge qu’on a pu voir avec la Viper et la Basilisk Ultimate.

Concernant les plaques, la Naga Pro est fourni avec 3 plaques permettant de passer d’une configuration 12 boutons à 6 ou à 2 selon le type de jeu :

Bien évidemment pour profiter de tous ces boutons il faudra installer Razer Synapse 3 et les configurer, nous aurons l’occasion d’y revenir. Sur les clic gauche et droit, nous avons des switches optiques pour éviter les clics involontaires et surtout gagner en rapidité avec une activation à 0,2 ms. Le capteur optique permet lui de monter jusqu’à 20 000 DPI, c’est celui qui équipe d’ailleurs les Viper et Basilisk.

La souris est proposée sur le site du constructeur à 169,99 euros, on rajoute donc 60 euros par rapport à la Trinity pour profiter du sans fil et de quelques améliorations…

Synapse...

Pour utiliser toute la puissance que propose la souris, il faut installer Razer Synapse 3, le logiciel nous permet de configurer les DPI, mais aussi de binder les touches et la couleur… Le software reconnait automatiquement le passage de l’une à l’autre des plaques et propose une configuration par défaut. Cependant, il faudra passer par une phase de mappage pour s’adapter à vos jeux et vos besoins et si vous voulez aller plus loin, vous pouvez carrément créer des profils pour quand vous lancez un jeu dédié. Ce software est sorti de beta il y a quelques temps, mais cela ne l’empêche pas de bugger et donc d’être obligé de le relancer de temps en temps pour profiter des fonctionnalités de cette souris…

En jeu !

A l’usage, ce que j’ai aimé sur la Naga Pro c’est sa prise en main. On a la possibilité de reposer son annulaire (ou auriculaire au choix) et surtout le grip pour les clics principaux. Elle est légère (117 g) et sur une surface adéquate, elle s’envole littéralement ! Concernant les plaques, les boutons tombent bien sur le pouce et ils sont tous facilement accessibles. Fini la roue pour les 6 boutons de la Trinity, ici les boutons se suivent et c’est plus agréable.

Le changement de DPI à la volée se fait bien, le passage d’une plaque à l’autre sans accroc et les patins sont de bonnes factures, elle glisse et c’est smooth ! Le côté grippant apporte cette touche de précision nécessaire lorsqu’on utilise les boutons avec le pouce afin de ne pas trop déplacer la souris par inadvertance.

Conclusion

Razer ne descend pas dans les prix et reste relativement cher car la qualité se paye, si le software pouvait suivre aussi alors ça serait vraiment parfait ! La Naga Pro m’a bien plu dans mes sessions de jeux, mais je suis déçu que Razer ne propose pas une config par défaut pour chaque plaque (en dehors de la 2 boutons). Si vous ne jouez pas à des MMORPG ou à des MOBA suffisamment pour faire le switch avec les plaques, alors il vaut mieux se rabattre sur un autre modèle (le prix étant sensiblement le même chez le constructeur).

Application mobile begeek