Clicky

Comment bien sécuriser votre maison connectée

Par Nerces,  publié le 1 août 2018 à 15h04, modifié le 1 août 2018 à 15h06.
Top du Top
Netatmo Presence
  • Qualité d’image de jour comme de nuit
  • Excellent module d’identification des personnes / animaux / voitures
  • Caméra couplée à un projecteur LED très puissant
  • Robustesse et qualité de finition
  • Résistance à la pluie, la neige…
Coup de coeur
Nest Protect 2e génération
  • Le nec plus ultra du détecteur de fumée
  • Huit capteurs pour un fonctionnement optimal
  • Interconnexion des détecteurs
  • Alarme puissante et sans ambiguïté
Qualité / Prix
Sen.se GuardPeanut
  • Fonctionnement simplissime
  • 3 mois d’autonomie avec une simple pile bouton interchangeable
  • Excellente sensibilité des capteurs
  • Des capteurs que l’on peut glisser partout

Bien sûr, le risque zéro n’existe pas, mais la domotique doit permettre d’aboutir à une maison plus sécurisée. De la simple serrure, aux caméras de vidéosurveillance en passant par la détection de mouvements ou de fumée, des nombreux outils existent.

Une étude récente précise que plus de 17% des Français ne se sentent pas en sécurité chez eux. Un chiffre impressionnant qui prend évidemment une partie de sa source dans l’augmentation constante du nombre de cambriolages en France : plus de 240 000 sur l’ensemble de l’année 2016.

Les solutions que nous allons vous présenter ne vous prémuniront pas contre les tentatives de cambriolage, nous n’allons pas nous planquer derrière des fils barbelés et des miradors. En revanche, elles pourraient dissuader les opportuns ou vous fournir quelques outils pour faciliter leur identification et, peut-être, accélérer les enquêtes de police. Les choses ne se limitent cependant pas à la cela.

Une étude récente précise que plus de 17% des Français ne se sentent pas en sécurité chez eux. Un chiffre impressionnant qui prend évidemment une partie de sa source dans l’augmentation constante du nombre de cambriolages en France : plus de 240 000 sur l’ensemble de l’année 2016.

Les solutions que nous allons vous présenter ne vous prémuniront pas contre les tentatives de cambriolage, nous n’allons pas nous planquer derrière des fils barbelés et des miradors. En revanche, elles pourraient dissuader les opportuns ou vous fournir quelques outils pour faciliter leur identification et, peut-être, accélérer les enquêtes de police. Les choses ne se limitent cependant pas à la cela.

Les possibilités sont d’ores et déjà très nombreuses et notre petit guide n’a évidemment pas vocation à toutes les énumérer. Notre objectif est plutôt de vous donner un aperçu des options qui s’offrent à vous au travers d’une sélection de produits que nous avons trouvé intéressants, que nous vous conseillons au moins de regarder. Bien sûr libre à vous, ensuite, de creuser plus avant la question.

Les meilleures solutions pour sécuriser votre maison

  1. Netatmo Presence (220€)
  2. Nest Protect 2e génération (120€)
  3. Sen.se Mother (200€)
  4. Sen.se GuardPeanut (30€)
  5. Logi Circle 2 (150€)
  6. Bosch Camera 360 (250€)
  7. Archos Smart Home (125€)
  8. Hydrao First pommeau de douche connecté (90€)
  1. Netatmo Presence (220€)

    Techniquement parlant, rien n’empêche d’installer la Netatmo Presence à l’intérieur de votre domicile. Cependant, elle est d’abord pensée comme une caméra d’extérieur et vient ainsi boucler la boucle : nous vous suggérons la Logi Circle 2 pour sa polyvalence, la Bosch 360° pour l’intérieur et la Netatmo Presence pour l’extérieur. D’ailleurs cette dernière ne laisse pas percevoir qu’il s’agit d’une caméra de surveillance tant son design la rapproche plutôt d’un projecteur ou d’un éclairage d’appoint. Cette « discrétion » compense l’encombrement du produit qui s’avère très imposant… surtout par rapport à la minuscule Logi Circle 2.

    Par rapport à la Logitech, elle s’avère aussi plus résistante et moins gênée par les intempéries. Ainsi, Netatmo garanti un fonctionnement même lorsque les températures descendent jusqu’à -20° ou montent jusqu’à +45°. De plus, elle ne craint ni la pluie, ni la neige, ni l’exposition directe à la lumière du soleil… Une excellente chose pour que les contre-jours ne viennent pas gâcher la prise de vue et assurer l’anonymat des opportuns ! Caméra extérieure oblige, il n’est pas étonnant que la Presence se connecte par Wi-Fi au réseau domestique. Problème, il faut d’abord passer par le Bluetooth du smartphone pour, ensuite, synchroniser la caméra en Wi-Fi. On a connu plus pratique.

    Heureusement, pour le reste c’est pratiquement un sans-faute. L’application Netatmo est un modèle d’ergonomie et permet, sans difficulté, de gérer plusieurs caméras. Une timeline est présente pour bien comprendre ce que la ou les caméra(s) ont enregistré. Notons à ce niveau que la Presence se distingue par l’excellente qualité de son module de détection : elle n’est certes pas à même d’identifier clairement les sujets, mais elle peut distinguer une personne, d’un animal et d’une voiture. Dans les options, on peut d’ailleurs choisir d’ignorer tel ou tel type de sujet.

    Là où Netatmo fait très fort, c’est au niveau de la qualité d’image. De jour comme de nuit, qu’il pleuve, qu’il neige ou qu’il vente, vous n’aurez guère de problème à voir et interpréter ce que la Presence a enregistré. Au final et même si Netatmo facture au prix fort sa Presence, nous sommes emballés par ce produit qui constitue la référence en matière de caméra d’extérieur.

    • Qualité d’image de jour comme de nuit
    • Excellent module d’identification des personnes / animaux / voitures
    • Caméra couplée à un projecteur LED très puissant
    • Robustesse et qualité de finition
    • Résistance à la pluie, la neige…
    • Configuration Wi-Fi / Bluetooth un peu contraignante
    • Pas de port Ethernet
    • Caméra sensiblement plus volumineuse que la concurrence
  2. Nest Protect 2e génération (120€)

    L’obligation d’installer des détecteurs de fumée dans tous les logements de France a poussé de nombreux constructeurs à proposer des produits plus ou moins complexes, plus ou moins efficaces. Avec le Nest Protect testé ici dans sa deuxième génération, nous sommes clairement dans le haut du panier. Mais est-il vraiment nécessaire de dépenser autant d’argent (plus ou moins 120€) dans un « bête » détecteur de fumée ? Les fonctionnalités supplémentaires justifient-elles cette importante dépense ?

    Le Nest Protect 2e génération est un produit qui nécessite six piles AA pour son alimentation. Des piles qui selon les dires du constructeur doivent lui permettre de fonctionner durant 5 ans… Alors que le produit en lui-même ne sera exploitable que deux ans de plus. Pourquoi une durée de vie très stricte de 7 ans ? Apparemment, la cellule chimique qui se charge de la détection du monoxyde du carbone ne peut fonctionner plus volontiers. Forcément, on ne peut qu’être déçu par une telle limitation. Reste que la détection du monoxyde de carbone est l’un des atouts de cet appareil qui ne se limite donc pas à la simple fumée. La loi n’oblige pas les particuliers à disposer d’un tel détecteur, mais reconnaissons que dans certains foyers, c’est un plus appréciable.

    La fixation du Nest Protect effectuée – via une grille de maintient à placer au plafond – on découvre un gros bouton central qui permet de paramétrer l’appareil. Un code couleur est d’ailleurs présent pour déterminer le fonctionnement du Nest Protect. Appareil connecté oblige, une application Android / iOS est de la partie et rien à redire à ce niveau : c’est bien fait, clair et très agréable à manipuler. La connexion se fait via le Wi-Fi domestique et plusieurs options sont ensuite accessibles afin de régler toutes les fonctionnalités du Nest Protect : veilleuse, détection de vapeur… Ce dernier cas est particulièrement intéressant : on peut enfin placer un détecteur de fumée dans des pièces comme la cuisine ou la salle de bain sans craindre les alarmes intempestives.

    Puisque nous parlons d’alarme, précisons d’ailleurs que cette dernière lève toutes les ambiguïtés de par sa puissance. Mieux, une voix part du détecteur pour indiquer quand il détecte de la fumée. L’utilisateur a alors quelques secondes pour couper l’alarme s’il est responsable conscient de ladite fumée. Le principe de notifications fonctionne très bien et Nest Protect s’accommode en outre parfaitement des immenses espaces : jusqu’à 18 appareils peuvent être interconnectés et lorsqu’une alerte survient, on sait immédiatement quel détecteur est concerné… Une fonctionnalité intéressante, mais peut-être too much pour des particuliers.

    • Le nec plus ultra du détecteur de fumée
    • Huit capteurs pour un fonctionnement optimal
    • Interconnexion des détecteurs
    • Alarme puissante et sans ambiguïté
    • Prix élevé pour un « simple » détecteur
    • Durée de vie de 7 ans ?!
  3. Sen.se Mother (200€)

    Imaginé par le créateur de feu le Nabaztag, la Sen.se Mother est un appareil pour le moins singulier qui n’est pas exactement lié à la sécurité de la maison, mais plutôt de ses occupants. Il s’agit en quelque sorte d’un assistant de vie qui protège notre habitation des intrus, mais protège aussi nos objets de valeur, s’assure que nos enfants sont bien rentrés, surveille le lavage des dents ou l’arrosage des plantes, nous incite à ne plus grignoter, mesure la quantité d’eau que l’on boit et nous encourage à faire de l’exercice.

    Le concept de Mother passe par ses multiples capteurs que l’on peut fixer à n’importe quel objet. Ensuite, l’application Mother fait le reste en permettant d’observer en détail l’activité des différents capteurs – et donc des objets sur lesquels ils sont attachés – et en envoyant des notifications quand cela est nécessaire. La boîte de base de Mother intègre quatre de ces capteurs « intelligents » et il est évidemment possible d’en acheter d’autres pour compléter notre dispositif. Les capteurs peuvent être placés un peu n’importe où et plutôt que d’être fixés à un objet, ils peuvent aussi se glisser dans une poche ou être attachés à un porte-clés. Au total, Mother est capable de gérer 24 de ces capteurs.

    Mother se connecte en Ethernet et doit donc se trouver relativement proche de votre box Internet ou d’un switch. Bon côté des choses, la configuration est exceptionnellement simple et, ensuite, Mother s’interface sans intervention de l’utilisateur à ses capteurs. Des capteurs baptisés cookies et qui intègrent diverses fonctions : analyse des mouvements, thermomètre, capteur de présence… Dans un second temps, c’est Mother et l’application Sen.se qui font le travail en retournant quantité d’informations à son utilisateur. Douze applications ont été imaginées par Sen.se afin de surveiller les mouvements d’une porte par exemple ou de comptabiliser les brossages de dents.

    Sans surprise, pour certains membres de la famille, la Mother peut vite ressembler à un Big Brother. Nous préférons y voir un outil à paramétrer en fonction des envies de tous les occupants de la maison : d’un commun accord, telle ou telle fonction n’a peut-être pas lieu d’être activée.

    • Design original et élégant
    • Des capteurs tout petits, tout mimi
    • Des capteurs qui intègrent de nombreux outils
    • Quantité de fonctions, d’options et de modules
    • Interface simple d’utilisation et très agréable
    • Un côté flicage des habitants de la maison
    • Les capteurs ne sont ni étanches, ni antichocs
    • Peu de nouveautés depuis la sortie, alors que le potentiel est énorme
  4. Sen.se GuardPeanut (30€)

    À côté de Mother, la société Sen.se propose toute une gamme d’objets connectés baptisés les Peanuts. Actuellement au nombre de trois – le ThermoPeanut, le SleepPeanut, le GuardPeanut – ils sont amenés à être complétés par d’autres modèles. Nous avons jeté notre dévolu sur le plus proche de notre thématique : la sécurité de la maison / à la maison. Le GuardPeanut a effectivement pour objectif de capter les mouvements. Toute l’astuce réside ensuite dans la possibilité de le fixer à n’importe quoi et, ce faisant, de surveiller les déplacements de ce « n’importe quoi ».

    Dès lors qu’il est fixé à un objet, le GuardPeanut va en enregistrer tous les déplacements et les transférer à l’application GuardPeanut imaginée par Sen.se. À partir de là, l’utilisateur pourra avoir un suivi très précis de l’activité de son objet, via celle de son GuardPeanut. Il reçoit évidemment des notifications sur son smartphone, mais il peut aussi activer / désactiver l’alarme intégrée au GuardPeanut. Celle-ci se trouve être suffisamment puissante pour effrayer / dissuader les opportuns, même si quelqu’un de motivé ne se privera malgré tout pas d’emporter votre vélo ou votre ordinateur.

    Problème, l’absence de GPS réduit considérablement l’intérêt du GuardPeanut. Elle ne permet par exemple pas de remettre la main sur l’objet que l’on a égaré et n’est d’aucun secours en cas de vol : on aurait pourtant aimé pouvoir suivre à la trace notre vélo… enfin jusqu’à ce que le voleur se rende compte de l’espion et s’en débarrasse. Tant pis. Autre reproche, les Peanuts de Sen.se ne sont ni étanches ni antichoc ce qui limite les applications possibles. Reste un produit malgré tout bien pratique et polyvalent que l’on va pouvoir aussi bien attacher à notre vélo qu’à une porte-fenêtre par exemple.

    • Fonctionnement simplissime
    • 3 mois d’autonomie avec une simple pile bouton interchangeable
    • Excellente sensibilité des capteurs
    • Des capteurs que l’on peut glisser partout
    • Pas de fonction GPS
    • Pas étanche, pas antichoc
  5. Logi Circle 2 (150€)

    Qui dit sécurité, pense évidemment caméra de surveillance et même si nous avons souhaité vous proposer d’autres produits, nous sommes dans l’obligation de consacrer une importante part de notre sélection à ces « mouchards vidéo » sur lesquels nous comptons tous pour éviter les intrusions dans notre domicile. Ancien spécialiste de la webcam, Logitech n’est évidemment pas le dernier à proposer des caméras de surveillance et sa Logi Circle 2 nous a pleinement convaincus. Petite, simple et mignonne comme tout, cette caméra intègre un capteur permettant l’enregistrement 1080p avec un angle de vision sur 180°.

    De telles caractéristiques ne sont évidemment pas pour nous déplaire et compensent partiellement l’absence de motorisation. Une absence que nous regrettions déjà sur la première mouture de la Logi Circle il y a de cela un an, mais à laquelle nous nous sommes habitués. Un an après la sortie de la Circle, Logitech a donc revu sa copie en améliorant sensiblement le capteur et en la rendant plus polyvalente encore. Toute petite, toute mimi, la Circle 2 conserve cette construction « 100% plastique » qui peut inspirer quelques craintes. En réalité, cela ne pose aucun problème : la finition est exemplaire et le matériau utilisé n’empêche nullement cette caméra d’être conçue pour l’intérieur comme pour l’extérieur. D’ailleurs, Logitech a pensé à tout afin d’en simplifier au maximum l’installation : vis de fixation, pied de maintien, support mural…

    Une fois installée, la Logi Circle 2 se connecte en Wi-Fi et l’interface smartphone / tablette est un modèle du genre… même s’il faut faire avec un fonctionnement en mode paysage uniquement. Là, on peut tout régler de la résolution d’image, à l’activation du mode vision nocturne en passant par l’angle de vision ou le témoin lumineux qui peut trahir la présence de la caméra. Mieux, il est même possible de définir un seuil de sensibilité pour le micro. Enfin, la Circle 2 se distingue par sa modularité. Nous avons déjà évoqué son fonctionnement en intérieur ou en extérieur, il nous faut encore préciser qu’elle existe en version filaire et sans fil. Cette dernière est évidemment plus coûteuse, mais aussi plus polyvalente. Peu importe celle que vous choisirez, vous ne serez pas déçu.

    • Design tout mimi
    • Simplicité d’installation et de configuration
    • Qualité d’image tout à fait convaincante
    • Polyvalence extrême
    • Enregistre jusqu’au 1080p
    • Application aussi complète qu’ergonomique
    • Un peu plus lourde / encombrante en version sans fil
    • Mode infrarouge (nocturne) inefficace à courte portée
    • Caméra non motorisée
  6. Bosch Camera 360 (250€)

    Si nous apprécions beaucoup la petite Circle 2 de Logitech, elle doit composer avec un certain défaut : l’absence de motorisation. Bien sûr, son grand-angle permet de compenser en partie cette faiblesse, mais ce n’est pas tout à fait la même chose… et la Bosch Camera 360° l’illustre à la perfection. La rotation sur 360° est évidemment le point fort de cette petite caméra. Il est possible de l’exploiter directement depuis l’application Bosch en optant pour l’option de mouvement, mais aussi en paramétrant le suivi d’une personne dès lors qu’elle passe dans le champ de vision de la 360°. Une seconde option qui fait évidemment tout l’intérêt de ce produit qui devient une véritable caméra de surveillance très complète.

    D’autant plus complète que l’objectif monté par Bosch n’est pas le moins du monde en reste. Il enregistre en 1080p et fonctionne aussi bien de jour que de nuit. Bien sûr, la qualité d’image est un peu moins bonne dans ce second mode, mais rien de rédhibitoire. On regrettera juste que les LED du mode nuit mettent un peu de temps à se couper lorsque la lumière du jour revient… alors qu’elles sont très réactives dans l’autre sens. Notons à ce niveau que l’identification des individus et des visages se fait très rapidement. Rien à redire non plus côté micro et la captation des sons ou des voix ne pose aucun problème. Comme souvent en revanche, la caméra n’est pas très douée pour la diffusion de ces sons : le haut-parleur est trop petit pour aboutir à quelque chose de correct, mais c’est un défaut que l’on retrouve sur presque toutes les caméras.

    Enfin, nous apprécions deux petites fonctionnalités toutes simples, mais souvent oubliées par les constructeurs. Bosch intègre effectivement un port microSD et, mieux, il livre même une carte 8 Go avec sa caméra. Plus fort encore, il a imaginé un mode confidentialité : en tapotant deux fois sur le dessus de la caméra, celle-ci passe en mode privé et coupe tout enregistrement de flux, préservant l’intimité des occupants.

    • Une élégance rare
    • Présence d’un port microSD et carte 8 Go fournie
    • Application très convaincante
    • Motorisation qui apporte beaucoup au produit
    • Mode confidentialité bien pratique
    • Installation et configuration sans problème
    • Bloc d’alimentation pas très discret
    • Design peu compatible avec une installation dans un coin de pièce
    • Limitée à la surveillance intérieure
  7. Archos Smart Home (125€)

    Une fois n’est pas coutume, nous faisons apparaître dans notre sélection un produit pour lequel nous sommes malgré tout mitigés. Non, l’Archos Smart Home n’est pas une mauvaise solution, disons plutôt que le concept n’est pas suffisamment abouti pour nous convaincre pleinement. De base, le Smart Home a pourtant tout pour nous séduire. Il s’agit d’un pack complet destiné au grand public et présentant la majorité des fonctionnalités pour être connecté en permanence à son habitation afin de surveiller ce qu’il s’y passe. Cerise sur le gâteau, Archos s’est démené pour que son kit Smart Home soit relativement accessible et malgré l’ensemble des accessoires fournis, il coûte généralement moins de 150 euros.

    Le Smart Home se compose donc d’une petite tablette de 7 pouces de diagonale, de deux capteurs de mouvements, de deux capteurs destinés à vérifier température et humidité. Enfin, deux petites caméras assurent la partie vidéosurveillance. Hélas, sur pratiquement tous les points le kit souffle le chaud et le froid. Commençons par les caméras qui ne fonctionnent qu’en Bluetooth : problème, si cette technologie est très simple à mettre en œuvre, elle souffre d’une portée très réduite, dans le meilleur des cas 15 mètres. Pour ne rien arranger, les caméras consomment beaucoup plus que ne le laisse supposer Archos et l’année d’autonomie se change plutôt en semaines. Dommage, le système de fixation par aimant est une excellente chose et leur taille minimaliste rend ces caméras très discrètes.

    Le capteur installé sur ces caméras – à la norme VGA – est un autre point qui fâche : il délivre des images de mauvaise qualité. Si nous ne doutons pas qu’Archos ait été contraint de faire des concessions pour réduire les coûts, nous doutons dès lors de la pertinence d’un tel produit. Les capteurs de mouvements / d’humidité sont nettement plus enthousiasmant, mais pour une solution de vidéosurveillance la pilule reste dure à avaler… et tant pis pour l’ouverture de l’écosystème tant vantée par Archos.

    • Un pack complet à petit prix
    • Installation et configuration simplissimes
    • De petites caméras très discrètes
    • Ouverture de l’écosystème Archos
    • Technologie Bluetooth pas adaptée à des caméras de surveillance
    • Autonomie trop faible des caméras
    • Qualité d’image en net retrait
    • Tablette qui perd régulièrement la connexion
  8. Hydrao First pommeau de douche connecté (90€)

    Nous terminons notre sélection de produits dédiés à la surveillance / la sécurité de notre habitation par un accessoire atypique que l’on hésitait à faire figurer ici. L’Hydrao First est effectivement un pommeau de douche connecté que nous retenons ici car il permet de « sécuriser notre consommation d’eau »… D’accord, c’est un peu tiré par les cheveux.

    Reste que ce pommeau de douche est une vraie bonne idée. Relativement coûteux (environ 90 euros), il se fixe le plus simplement du monde et son design le rapproche d’un pommeau de douche tout ce qu’il y a de plus ordinaire. Notons tout de suite qu’Hydrao ne propose qu’un seul type de jet là où de nombreux pommeaux haut de gamme offrent plusieurs options. Cela dit, ce n’est pas la vocation première de l’Hydrao First qui a surtout pour but de surveiller et nous avertir de notre consommation d’eau. Il se connecte en Bluetooth à l’application smartphone mise au point à Hydrao et il est alors possible de suivre avec une grande précision la consommation d’eau.

    Mieux, un système de LED installées au niveau des buses permet d’éclairer le jet d’eau en fonction de la consommation. Dès lors que l’on reste sous les 10 litres d’eau, la lumière est verte. Elle passe au bleu jusqu’à 20 litres puis devient rose jusqu’à 30 litres et rouge jusqu’à 40 litres. Quand on dépasse les 40 litres, les LED rouges se mettent à clignoter. Des couleurs que l’on retrouve au sein de l’application et qui permettent un suivi instantané de la consommation. L’application vient compiler toutes ces données et peut même appliquer une évaluation de la dépense réalisée pour chauffer cette eau en fonction du prix de l’eau, de la température et du prix du kWh.

    Problème, l’Hydrao First n’est pas capable de mesurer la température de l’eau et on ne peut modifier cette valeur : de fait, la fonctionnalité de calcul du coût et des économies réalisées paraît bien fantaisiste. Ce n’est pas très grave, l’intérêt de ce pommeau connecté est ailleurs.

    • Un pommeau de douche élégant et bien pensé
    • Pas de pile, alimentation via le jet d’eau
    • Installation simplissime
    • Calcul du débit d’eau efficace et précis
    • Utilisable même non connecté
    • Pas de réglage des jets
    • Pas de mesure de la température de l’eau
    • Un calcul fantaisiste des économies réalisées
    • Impossible de créer des profils

Inscrivez-vous à la newsletter Begeek

Et recevez chaque jour la sélection d'articles de la rédaction !


Recevez le meilleur de Begeek sélectionné par la rédaction.


Recevez chaque jour notre sélection de bons plans !

Contenu sponsorisé