Clicky



Bons Plans

Gemalto : le spécialiste de la carte à puce perd son dirigeant

Publié le

Gemalto, peut être que ce nom ne vous dit rien, c'est pourtant la société leader dans le marché de la carte à puce. Elle vient d'annoncer le départ de son PDG Olivier Piou.

Gemalto est une société française spécialisée dans la fabrication des cartes à puce. Elle est présente dans de nombreux domaines, la téléphonie, les banques, les badges d’entreprises, etc. Cette société, numéro 1 dans son domaine, devra continuer son activité sans son leader emblématique, Olivier Piou, qui a décidé de la quitter.

Le PDG de Gemalto, Olivier Piou, quitte Gemalto

C’est fin août 2016 qu’Olivier Piou quittera ses fonctions de PDG de la société française Gemalto, après y avoir travaillé 18 ans. C’est en 1981 que M. Piou rejoignait la division cartes à puce de Schlumberger, qui deviendra Axalto puis Gemalto suite à la fusion avec Gemplus en 2006.

Après autant d’années à la barre, je pense que l’automne prochain est le bon moment pour installer un nouveau dirigeant, qui est prêt et capable de réaliser notre prochaine phase de croissance” déclarait Olivier Piou dans un communiqué, en soulignant : “C’est en effet en septembre 2016 que nous accélèrerons la préparation du prochain plan stratégique de la société“.

La société Gemalto est forte de 14.000 employés et est présente dans 52 pays. L’annonce du départ de son PDG  prend tout le monde de court. “Cette retraite est une surprise totale“, déclarait un analyste, cité par le “Figaro”, en ajoutant : “Une succession n’a jamais été suggérée par le management jusqu’à présent“.

C’est le directeur général adjoint actuel qui le remplacera

C’est Philippe Vallée, l’actuel directeur général adjoint qui sera son successeur. Ce dernier travaille chez Gemalto depuis 1992 et il aura la lourde tâche de porter le plan stratégique de la société pour 2017. Celle-ci vise un bénéfice de 660 millions d’euros alors qu’en 2015 il s’élevait à 490 millions.

Olivier Piou ne quitte pas totalement Gemalto, il va rejoindre le conseil d’administration. “Le conseil me l’a demandé mais je ne serai pas l’ombre tutélaire du précédent patron. Comptez sur moi pour être discret“, précisait-il.

Source : lesechos.fr
Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform