Clicky

Les meilleurs smartphones du moment pour tous les budgets

Par Nerces,  publié le 15 novembre 2017 à 15h30, modifié le 22 novembre 2017 à 16h24.
 24 minutes

Tech

Guide d'achat : un smartphone pour chaque budgetBegeek

Alors que les smartphones sont aujourd'hui capables de presque tout faire, afin de vous aider à choisir le meilleur produit en fonction de votre budget, nous avons mis sur pied ce petit dossier. Alors suivez le guide !

Il y a quelques semaines, Apple lançait les précommandes de sa nouvelle gamme iPhone X avec des produits à plus de 1100 euros. L’enthousiasme de certains utilisateurs fait plaisir à voir, mais il nous paraît difficilement concevable de dépenser autant d’argent dans un smartphone. Pour notre guide d’achat, nous avons pourtant déjà vu relativement haut avec quatre catégories établies en fonction du prix de chaque terminal.

Notre « haut de gamme » est constitué de modèles à plus de 600 euros et l’iPhone X pourrait logiquement rentrer dans cette catégorie. Un cran en deçà, nous avons retenu des produits dont le prix public conseillé s’échelonne de 400 à 600 euros. Notre milieu de gamme est plus flou, mais nous nous sommes fixé comme borne inférieure le seuil fatidique des 100 euros et comme borne supérieure celui des 400 euros. Enfin, nous limitons l’entrée de gamme à des produits dont le prix reste sous la barre des 100 euros.

Un découpage en quatre groupes qui a, bien sûr, ses avantages et ses défauts. Il a toutefois le mérite de bien segmenter le marché et devrait permettre de vous y retrouver. Pour chaque catégorie, nous n’avons retenu que deux produits, mais il est évident que d’autres pourraient avoir leur place. Ce faisant, nous avons essayé de représenter un peu toutes les familles de smartphone : les « compacts », les « photographes », les « accessibles »… Manquent peut-être à l’appel les « casse-cous », ces téléphones antichocs que nous avons écartés, car ils sont difficiles à dénicher.

Les meilleurs smartphones en quatre catégories de prix (écran, poids, prix)

  • Samsung Galaxy S8 (5,8″, 152g, 700€)
  • HTC U11 (5,5″, 160g, 650€)
  • Apple iPhone 7 (4,7″, 138g, 600€)
  • LG G6 (5,7″, 163g, 450€)
  • Sony Xperia X Compact (4,6″, 135g, 300€)
  • Huawei P8 Lite (5,2″, 147g, 190€)
  • Wiko Lenny 4 Plus (5″, n.c., 100€)
  • Xiaomi Redmi 4A (5″, 131g, 100€)

Samsung Galaxy S8 (5,8″, 152g, 700€)

Depuis des années, la série des Galaxy S trône au firmament des smartphones. Samsung ne rate jamais une occasion de mettre en avant celui qui constitue le flagship, la figure de proue de toute sa gamme. Toutefois, en 2017, il y a un petit changement puisque le Sud-coréen distribue deux versions clairement distinctes de son smartphone : le S8 et le S8+. Pas convaincus par les apports de ce second modèle doté d’un écran plus grand, mais aussi nettement plus lourd et beaucoup plus cher, nous avons jeté notre dévolu sur le modèle « classique ».

Là, aucune surprise, le Galaxy S8 est dans la continuité du Galaxy S7 et malgré quelques faiblesses, il constitue à n’en pas doute LA référence pour de nombreux utilisateurs. Côté design tout d’abord, Samsung n’est pas un débutant en la matière, mais ses concepteurs se sont surpassés. Le produit est fin, élégant et sa finition est exemplaire. L’écran – AMOLED bien sûr – est un modèle du genre. Le contraste est parfait, la luminosité remarquable et le 2960×1440 produit son petit effet. Notons au passage que cette dalle sans bord occupe la majeure partie de la surface du Galaxy S8 : près de 85% !

Samsung Galaxy S8Samsung

Pour ne pas risquer de gâcher pareil tableau, Samsung a mis les petits plats dans les grands côté puissance. Le processeur Samsung Exynos 8895 est l’une des puces les performantes que l’on peut retrouver dans un smartphone : octocœur, .cadencée à 2,3 GHz et épaulée par 4 Go de mémoire. Le reste est du même niveau avec une capacité de stockage de 64 Go, un appareil photo à stabilisation optique et autofocus laser, un module Bluetooth 5.0, etc., etc., etc. Seule la batterie, limitée à 3000 mAh pourrait paraître un chouia mesquine, mais c’est vraiment pour y retrouver à redire alors que Samsung propose bien sûr la recharge sans-fil.

Élégant, performant et innovant, le Samsung Galaxy S8 est incontestablement une réussite et si certains utilisateurs regrettent le scanner d’iris – pas parfaitement fiable – ou un ratio d’image – 18,5:9 – peu commun… nous vous dirons qu’ils chipotent. Remarquez, à ce niveau d’excellence, il faut bien chercher la petite bête pour essayer de faire encore mieux la prochaine fois. Ah si, un reproche tout de même : tout cela a un prix et à plus ou moins 700€, il reste un Graal inaccessible pour beaucoup.

HTC U11 (5, 5″, 160g, 650€)

Autrefois parmi les principaux fabricants de smartphones, HTC a peu à peu perdu de sa superbe et du terrain sur des constructeurs tel que Samsung. Avec son U11, le Taïwanais cherche à revenir sur le devant de la scène et cela passe notamment par un module photo de très haute volée. Sur le papier pourtant, il n’y a rien de bien extraordinaire et le capteur 12 mégapixels présent au dos peut même sembler moins performant que le 16 mégapixels intégré à la face avant. Pas de grand-angle non plus ou autre accessoire qui pourrait attirer le chaland.

Non, plutôt que d’épater la galerie, HTC s’est focalisé sur la bonne intégration de ce capteur somme toute modeste, mais qui ouvre tout de même à f/1.7. Le Taïwanais fait merveille. Le niveau de détail est bluffant et le U11 a le bon goût de ne pas exagérer le lissage. Certains regretteront peut-être un rendu plus terne que chez la concurrence, nous préférons y voir des clichés aux couleurs plus naturels. Même en basse lumière, le résultat est encore très flatteur et au-dessus de la majorité des smartphones du marché. Voilà un excellent argument pour un HTC qui, par ailleurs, fait très correctement le job.

HTC U11HTC

Bien sûr, le U11 n’est pas aussi innovant – certains diront clinquant – qu’un Galaxy S8, mais toutes les fonctionnalités que l’on est en droit d’attendre sur un tel produit sont de la partie. La puissance – assurée par un processeur Snapdragon 835 – est au rendez-vous, ainsi que l’autonomie. La conception même de ce smartphone ne souffre guère de critique. Les plus critiques regretteront sans doute que sur un modèle à ce niveau de prix il faille encore faire avec un écran « Super LCD 5 » quand les principaux concurrents se tournent vers l’OLED. Ils reprocheront aussi ce joli revêtement aussi brillant qu’il attire les traces de doigts. Pour notre part, nous retenons surtout l’absence de connecteur jack : il faudra en passer par la prise USB Type-C.

Cette ultime lacune est à notre avis un vrai problème, mais nous ne voulions pas trop sanctionner HTC qui réalise un excellent produit par ailleurs et capitalise sur un module photo d’exception. Puissance, finition et autonomie achèvent de faire du HTC U11 un smartphone avec lequel il faut compter.

Apple iPhone 7 (4,7″, 138g, 600€)

S’il est une marque que l’on ne présente, c’est bien Apple. Son iPhone est une référence depuis déjà des années, mais pour notre guide d’achat, nous n’avons pas choisi la dernière itération – l’iPhone X qui vient de sortir – de ce portable d’exception. D’ailleurs, nous n’avons pas non plus choisi la précédente – l’iPhone 8 – qui n’apportait pas suffisamment de nouveautés et se trouve encore trop chère à notre goût.

En revanche, grâce à quelques petites baisses successives, l’iPhone 7 nous semble être un choix particulièrement intéressant aujourd’hui. La bête se trouve généralement à 600 euros et il est même possible de le dégoter à 50, voire 80 euros de moins. Dans ces conditions, il faudrait vraiment faire la fine bouche pour ne pas y trouver son compte. Certes, Apple n’est plus aussi innovant que par le passé et il a par exemple laissé filer certains concurrents au niveau du rendu photographique. Certes, Apple avance quelques choix technologiques discutables comme la disparition du connecteur jack. Mais dans l’ensemble, l’iPhone 7 est une très belle machine.

 

Apple iPhone 7Apple

Encore équipé d’un « simple » écran LCD qui fait l’impasse sur l’OLED, l’iPhone 7 dispose d’un contraste remarquable et d’une qualité d’image exemplaire. La finition est comme d’habitude un modèle du genre et la prise en main est irréprochable. Côté performances, il n’y a pas non plus de reproches à faire à Apple qui intègre l’A10 Fusion, une puce maison, pour des résultats souvent supérieurs même à des smartphones Android plus coûteux. Bien sûr, l’iPhone 8 fait encore mieux, mais pour l’heure, ce surcroît de puissance ne trouve pas beaucoup de justification.

L’iPhone 7 reste – plus d’un an après sa sortie – un excellent produit. Ses principaux concurrents ne sont finalement pas à chercher sur Android : ce sont les iPhone 8 et iPhone X. Pour le second, nous attendrons encore avant de nous prononcer, mais le surcoût parait assez décourageant. Quant à l’iPhone 8, les progrès semblent trop sages pour justifier les 200 euros de plus qu’en demande Apple. Tout est une fois encore une question de budget.

LG G6 (5,7″, 163g, 450€)

Pour introduire le HTC U11, nous écrivions « Autrefois parmi les principaux fabricants de smartphones, HTC a peu à peu perdu de sa superbe et du terrain sur des constructeurs tels que Samsung ». Un commentaire qui pourrait aussi s’appliquer à LG et, là encore, le G6 est une occasion unique de revenir dans la cour des grands alors que la division smartphone du constructeur est franchement à la peine, et ce, depuis plusieurs années.

Parallèle intéressant entre HTC et LG puisque pour se sortir de l’ornière, les deux constructeurs adoptent la même stratégie : un smartphone haut de gamme dont le principal atout est un module photo d’exception. Pourtant proposé à un tarif sensiblement inférieur au HTC U11, le LG G6 se distingue toutefois par un design et une finition davantage haut de gamme. Un simple coup d’œil aux photos devrait suffire pour vous convaincre, mais pour parler chiffres, notez que la dalle occupe près de 80% de la surface du smartphone LG. Une dalle IPS d’ailleurs de 5,7 pouces pour une résolution de 2880×1440 et une densité de 564 DPI.

LG G6LG

Mais revenons-en à la qualité photographique de ce LG G6 qui est de l’avis de nombreux spécialistes, LE meilleur photophone actuellement sur le marché. Certains utilisateurs soulignent une légère sur accentuation perceptible notamment sur tous les contours, les inscriptions. C’est toutefois le seul reproche que l’on peut formuler à l’encontre de ce module photo pourtant limité à 13 mégapixels. Le rendu des couleurs est excellent, aucune déformation à signaler et une remarquable homogénéité. Là où LG fait très fort, c’est que même en basse lumière on retrouve l’essentiel de ces qualités. Bien sûr, l’ensemble est alors un peu plus terne, mais on conserve un excellent niveau de détail et un rendu très agréable à l’œil.

Le G6 est incontestablement un smartphone très réussi. À sa sortie, il souffrait un peu de son positionnement tarifaire (750€), mais il est aujourd’hui possible de le trouver à 450 voire 400 euros. Autant dire qu’à ce prix, c’est une excellente affaire et sans doute le meilleur rapport qualité / prix de l’ensemble de notre guide.

Sony Xperia X Compact (4,6″, 135g, 300€)

Aujourd’hui, la mode est clairement aux écrans de très grande taille chez les constructeurs de smartphones. Il est d’ailleurs très difficile de trouver un modèle orienté haut de gamme, mais qui se contente d’une dalle de moins de 5 pouces. En définitive, Sony reste l’un des très rares constructeurs à proposer un tel produit et même si la série des Xperia Compact n’est pas exempte de défauts, elle a au moins le mérite d’exister.

Depuis peu, le Xperia XZ Compact est disponible, mais nous n’avons pas encore pu poser nos mains dessus et son tarif exorbitant nous incite à conserver le Xperia X Compact pour ces fêtes de fin d’année. Nul doute que dès le second trimestre 2018, il sera plus difficile à trouver dans le commerce. Conséquence logique de l’intégration d’une dalle 4,6 pouces, le X Compact limite nettement son encombrement avec moins de 13 centimètres de long et un poids contenu à seulement 135 grammes. Dans le même ordre d’idée, du fait de la petite taille de l’écran, la résolution de seulement 1280×720 pixels n’est pas un gros handicap.

Sony Xperia X CompactSony

En revanche, nous sommes surpris que Sony ne fasse pas davantage d’efforts pour optimiser la place dont il dispose : en effet, la dalle n’occupe que 70% de la surface disponible sur la façade. Heureusement, cela n’entrave pas le confort d’utilisation de l’appareil ou la qualité de son interface. Plus gênante est sans doute la fixation de Sony aux mégapixels : le capteur utilisé sur le X Compact est un 23 Mpxls qui n’est hélas pas capable de délivrer la même qualité d’image que le « petit » 13 Mpxls du LG G6… et d’assez loin surtout en basse lumière. Les détails manquent de finesse et les couleurs n’ont rien de naturel. Enfin, il faut faire avec un post-traitement qui prend du temps et empêche de réaliser de véritables rafales.

Sans surprise, Sony ayant du mal à innover, le X Compact garde la majorité des défauts de ses ancêtres. Il progresse toutefois un peu sur la photo en extérieur et sur la luminosité de l’écran. Il faut en outre garder à l’esprit que le X Compact est pour ainsi dire le seul smartphone haut de gamme de ce gabarit alors même s’il n’est pas parfait, il ravira de nombreux utilisateurs… dont votre dévoué.

Huawei P8 Lite (5,2″, 147g, 190€)

Huawei constitue l’archétype de la société chinoise qui monte, qui monte… Pourtant fondée en 1987, l’entreprise était absolument inconnue sous nos latitudes avant le milieu des années 2000 et encore fallait-il être un initié. En 2004, elle a signé un premier gros contrat, aux Pays-Bas, et depuis cinq ou six, elle explose véritablement. Les produits sont aujourd’hui nombreux et sans cesse renouvelés… au point qu’il est parfois difficile de comprendre la stratégie de Huawei.

Dans le cas du P8 Lite, l’équation n’est guère plus simple : le Chinois a voulu capitalisé sur l’énorme succès rencontré par le P8 Lite version 2015 en gardant son nom. Pourtant, c’est bien plus à un Honor 6X ou à un Honor 8 qu’il fait penser. Histoire de compliquer encore un peu plus les choses, il faut savoir qu’Honor est une filiale de Huawei ! Techniquement, le P8 Lite version 2017 se repose sur un processeur Kirin 655 octocœur et sur un total de 3 Go de mémoire vive. Le produit se montre particulièrement réactif et Android 7.0 tourne sans aucun problème. L’autonomie est un peu plus décevante, car malgré une batterie de 3000 mAh, nous flirtons au maximum avec les 10-11 heures d’activité. Notez que la recharge se fait hélas via un câble sans charge rapide.

Huawei P8 Lite 2017Huawei

Petit budget oblige, le P8 Lite intègre un module photo de moyenne facture. Ce n’est pas tant le nombre de mégapixels (12 Mpxls) qui pose problème que le processus de post-traitement. Celui-ci a un peu trop tendance à faire de la bouillie avec les pixels. Certes nous forçons le trait, mais le fait est que les détails pourraient être davantage mis en valeur. Un défaut particulièrement perceptible en basse lumière, car, reconnaissons-le, lorsque l’éclairage est bon, le rendu photo est très convenable. Notons par ailleurs que le P8 Lite sait se montrer réactif : le traitement et l’enregistrement de l’image se font rapidement tandis que l’autofocus est prompt.

Si le P8 Lite de 2015 avait été une franche surprise, nous attendions un peu Huawei au tournant pour cette mouture 2017. Elle est en définitive assez éloignée du produit d’il y a deux ans, mais ce n’est pas pour nous déplaire : le résultat est effectivement très convaincant et pour un produit qui se trouve sous le seuil fatidique des 200 euros, le Chinois s’en sort très bien.

Wiko Lenny 4 Plus (5″, n.c., 100€)

Depuis déjà plusieurs années, Wiko s’est fait une place de choix dans de nombreuses grandes surfaces et autres revendeurs plus ou moins grand public comme la chaîne Boulanger. Basée à Marseille, la marque est française, mais il s’agit en réalité d’une filiale d’un fabricant chinois, Tinno. Le caractère franco-français de ses produits est donc assez éloigné de la réalité : certes les produits respectent une sorte de cahier des charges français, mais ils restent fabriqués en Chine.

Parmi les modèles les plus récents de Wiko, on trouve ce Lenny 4 Plus qui vient logiquement prolonger l’existence du Lenny en élargissant encore un peu son écran. Nous passons ici à une large dalle 5,5 pouces qui conserve – entrée de gamme oblige – une technologie LCD et une résolution d’image Full HD. Cela dit, la qualité d’image est bien supérieure à ce que Wiko nous proposait sur le premier modèle de Lenny. La luminosité est encore un peu faible et elle manque d’une certaine homogénéité, mais le contraste est bon. Côté performances, là aussi le contrat est rempli et si le processeur quadruple cœurs ne fait pas de merveilles, il assure le job. En revanche, Wiko joue les pingres en ne proposant que 1 Go de mémoire : clairement un handicap aujourd’hui.

Wiko Lenny 4 PlusWiko

Dans le même ordre d’idée, Wiko devait proposer une batterie de plus grande capacité : les 2500 mAh de l’accumulateur intégré ne permettent pas de porter le smartphone au-delà des 10 heures. Un bon point tout de même, car Wiko fait partie de ces rares constructeurs à garder des batteries amovibles. Hélas, Wiko « compense » avec un module photo très inégal. Les 8 mégapixels sont en retrait de la concurrence et la balance des blancs donnent des résultats inégaux. En revanche, nous avons été agréablement surpris par le traitement en pleine lumière… bien sûr, il ne faut pas s’attendre à grand-chose dès lors que l’éclairage baisse et le flash intégré a davantage tendance à brûler nos sujets qu’à les éclairer.

Au final et même si Wiko propose un produit correctement fini à tout petit prix, il souffre de la comparaison avec le modèle de chez Xiaomi, le Redmi 4A. Pour proposer un smartphone moderne à 100 euros, il faut bien sûr faire des concessions, mais au final, Xiaomi joue une composition beaucoup plus juste, beaucoup plus homogène. Reste que pour disposer d’un large écran, c’est chez Wiko qu’il faut aller.

Xiaomi Redmi 4A (5″, 131g, 100€)

Encore peu connu en France, Xiaomi est pourtant un constructeur majeur dans de nombreux pays du monde, en particulier en Asie : il est par exemple second sur un marché en plein essor, l’Inde. S’il a déjà démontré sa faculté d’innovation en étant, par exemple, l’un des premiers à proposer un écran presque l’intégralité de la surface de son smartphone avec le Mi MIX, Xiaomi se focalise sur le marché d’entrée de gamme avec des produits à petit prix, mais sur le papier d’excellente facture.

Cette recette qui a tout du tour de magie est celle que Xiamoi tente d’employer avec le Redmi 4A. Pensez donc, ce téléphone proposé à plus ou moins 90-100 euros intègre un processeur Snapdragon 425 quadruple cœur épaulé par 2 Go de mémoire vive. Il dispose de 32 Go dévolus au stockage des données, d’une batterie de 3120 mAh, d’un capteur photo de 13 mégapixels sur le dos et de la compatibilité Bluetooth 4.1. Sur le papier, il semble avoir tout le nécessaire pour s’imposer et il est vrai qu’au premier coup d’œil, le Xiaomi Redmi 4A est très séduisant. Tout d’abord, l’interface Android – ici en Marshmallow – est agréable et réactive. La surcouche MIUI est sympathique et ne vient pas grever l’expérience utilisateur.

Xiaomi Redmi 4AXiaomi

Nous serons un petit peu moins indulgents vis-à-vis de l’écran, un modèle 5 pouces qui, sans surprise, reste à base de dalle LCD. La résolution est en revanche un peu faible sur un tel modèle (1280×720) et contraste / luminosité sont en retrait. Bon point par contre pour l’aspect tactile puisque Xiaomi intègre un multitouch 10 points, chose rare dans cette gamme de prix. Hélas, il fallait bien se rattraper sur autre chose et c’est le module photo qui en fait les frais. En un mot comme en cent, vous pourrez prendre quelques clichés souvenirs avec cet appareil, mais rien de vraiment flatteur, et ce, même en pleine lumière. L’autofocus n’est pas un foudre de guerre et il ne faut évidemment pas compter sur une quelconque stabilisation.

Si le module photo est la première réelle déception sur ce Xiaomi Redmi 4A, il en existe une autre. En effet, si le smartphone est compatible 4G, il fait l’impasse sur la bande fréquence des 700 MHz et, plus gênant encore, des 800 MHz pourtant fréquemment utilisée par les opérateurs français. Conséquence, vous serez souvent à vous traîner en 3G sur notre réseau. Dommage. Nous ne voudrions pas terminer sur un mauvais point, car dans l’ensemble et compte tenu de son prix, le Redmi 4A est un produit vraiment intéressant alors précisons qu’il a le bon goût d’intégrer deux emplacements nano-SIM. Mieux, l’un des deux peut même être utilisé pour augmenter l’espace de stockage via microSD.

Contenu sponsorisé