Clicky



Bons Plans

YotaPhone 2 : étonnant smartphone à double écran tactile

Le smartphone russe à double écran est désormais disponible en France

| Modifié le 06 décembre 2014 à 15h55
YotaPhone 2 : étonnant smartphone à double écran tactile

Si vous êtes une personne soigneuse et soucieuse de ne pas abimer vos précieux appareils électroniques personnels, il y a fort à parier que vous ayez pris l’habitude de ranger votre smartphone dans une coque de protection.

Si vous achetez le YotaPhone, sachez qu’il va falloir changer vos habitudes. En effet, ce smartphone a la particularité de posséder deux écrans, ou plutôt : deux faces avant, comme le présente le constructeur russe YotaDevice dans le slogan qui présente l’appareil.

Après une présentation en Russie, le YotaDevice était de passage à Londres, pour présenter son joli bébé à la presse tech. Nous étions sur place, très curieux de prendre enfin en main la version finalisée du prototype que nous avions déjà aperçu à Barcelone, au Mobile World Congress 2014. C’était il y a presque un an !

Il aura fallu 10 mois de travail et pas mal d’améliorations sur ce prototype qui, à l’époque, était déjà un défi destiné à faire oublier le relatif échec commercial du premier modèle sorti en 2013. La première version du YotaPhone était alors bien différente. L’écran n’était pas tactile, sa gestion était donc assez complexe, et finalement, on perdait beaucoup de temps à afficher des infos sur l’écran arrière alors qu’il était bien plus simple de les regarder directement sur l’écran principal.

Bref, le premier modèle était raté, mais aura servi de base pour donner naissance à un concept tout à fait nouveau : celui d’utiliser un second écran de manière dynamique sur un smartphone.

Et si le Yotaphone 2 se fait aujourd’hui remarquer au point de faire déplacer des journalistes de l’Europe entière dans la capitale britannique, c’est principalement car il possède donc ce deuxième écrans et qu’il est le seul sur le marché à proposer une telle innovation.

On avait déjà vu des écrans capables de se connecter à un smartphone classique par le biais d’une coque de protection spéciale, mais un écran intégré au dos d’un smartphone, reste une idée unique, et pour l’instant, personne ne semble avoir tenter de le copier.

YotaDevice indique que 70 brevets protègent les innovations du YotaPhone 2, mais tant que ce genre de produit n’en viendra à créer une forte demande, il n’est pas sûr que les brevets soient la seule raison pour laquelle les constructeurs chinois ne s’aventurent à créer des clones du YotaPhone 2.

Contrairement au premier modèle, ou l’écran arrière était très donc limité, cette nouvelle version est beaucoup plus évoluée, et permet plus d’interaction sans avoir besoin de les lancer depuis l’écran principal.

YotaDevice présente d’ailleurs le YotaPhone 2 comme un smartphone avec deux faces avant. Sur la face avant classique, on retrouve un écran de 5” full HD, là où la première version était limitée à une résolution simple HD. Tojuours sur la face avant, un Gorilla Glass 3 protège des coups et des rayures. Mais pas des traces de doigts, l’écran avant se salit très vite.

L’écran arrière mesure 4,7”, il est donc de technologie e-ink, ou encre électronique, propose 16 niveaux de gris, et sa résolution est limitée à 960 x 540. Il est également protégé par une vitre Gorilla Glass 3.

Un smartphone un peu dépassé, mais réellement unique

Les spécifications techniques sont plutôt sympa… pour un smartphone qui serai sorti en 2013 ! On y retrouve un processeur SnapDragon 800 tournant à 2,2 Ghz, accompagné de 2 Go de ram, 32 Go de stockage, un appareil arrière de 8 Megapixels et avant de 2,1 Mégapixels, une batterie de 2500 mAh, et un slot nano sim.

A ce niveau là, le YotaPhone semble donc avoir un an de retard, il s’agit semble-t-il des specs déjà embarquées dans le prototype de février 2014. Mais on le sait, ce n’est pas sur la fiche technique que va se battre le YotaPhone 2. Il n’a d’ailleurs aucun concurrent. Le constructeur a trouvé une niche, à lui de faire en sorte que ce marché révèle tout son potentiel.

Prendre en main le YotaPhone 2 ne provoque donc aucune excitation particulière, tant que l’on reste sur la face avant. Mais on est tout de suite intrigué par la douceur de la partie arrière. Et c’est c’est lorsque l’on retourne l’appareil que l’on découvre son originalité, son deuxième écran.

Ce second écran qui n’utilise de batterie que lorsque l’affichage change permet cependant d’accéder à la quasi totalité des fonctionnalités de l’appareil, y compris la possibilité de se balader dans les menus, de lancer des applications, ou plus simplement, d’afficher des widgets qui lui sont spécialement destinés.

YotaPhone2-London-event-5

La face arrière du YotaPhone 2.

YotaDevice annonce avoir conclu des accords avec plusieurs applications majeures dont Kobo ou Twitter, afin de permettre l’affichage de contenus au sein du Yota Panel, une suite d’applications destinées à être affichées en widget sur l’écran e-paper. Le Yota Panel permet ainsi de customiser cet affichage arrière, et dans le cas de Twitter, la mise à jour des flux est par exemple affichée en temps réel.

Mais Twitter n’est pas la seule application qui puisse être affichée de manière dynamique sur ce second écran. En réalité, elle le sont presque toutes, mais fonctionneront au rythme de l’écran e-paper, un peu plus poussif que l’écran avant.

Comme l’impression d’avoir un Kindle de poche

Mais concentrons-nous sur ce fameux second écran. Il est bien sûr monochrome, ou plus précisément noir et blanc, mais avec une variété de 16 niveau de gris, le papier électronique en couleurs n’ayant pas encore atteint un niveau de qualité suffisant pour être proposés sur des produits majeurs. Un tel écran est aussi adapté à une lecture en toutes circonstances de lumière. En plein soleil, ou à l’ombre, la lisibilité est parfaite. En revanche, il ne possède pas de rétroéclairage pour la nuit.

L’avantage le plus évident de ce deuxième écran du Yotaphone 2 est la technologie e-ink. En effet, même si le smartphone n’a plus de batterie, il est toujours possible d’accéder à des captures d’écran que vous aurez réalisé auparavant, ou à des pages déjà visitées et stockées dans une mémoire tampon qui ne demande aucune énergie supplémentaire pour afficher ces pages.

Si vous n’avez jamais vu un Kindle ou un Kobo, c’est assez étonnant. Vous chargez une page, vous revenez 15 jours plus, tard, elle est toujours affichée. A l’heure ou nos smartphones durent rarement plus de deux journées d’affiliée, c’en est même perturbant. Et c’est donc pour cela que l’écran e-ink est très intéressant. Plus vous utilisez cet écran à la place de l’écran principal, plus la durée de vie est préservée.

YotaPhone2-London-event-4

La face avant du YotaPhone 2.

En revanche, n’espérez pas atteindre 15 jours d’autonomie sans recharger. La partie réseau et électronique doit marcher en permanence, et ne permet donc pas au YotaPhone 2 de se prendre pour une liseule Kindle.

Les infos affichées sur ce second écran peuvent être configurées depuis l’écran principal. Mais ce n’est pas obligatoire. Depuis l’application YotaPanel, vous pouvez en revanche créer un genre de dashboard d’applications, composé de widgets qui s’afficheront sous formes de pages à l’arrière. Et si vous souhaitez créer plusieurs pages, il vous suffira de slider avec le doigts pour passer de l’une à l’autre.

Yota Panel permet de configurer les widgets affichés à l’arrière

Il est aussi possible de préserver l’autonomie et utilisant exclusivement l’écran e-ink. Ne comptez tout de même pas tout faire de la même manière et aussi facilement, et oubliez bien sur toutes les applis qui demandent une certaine puissance et une réactivité immédiate.

En revanche, pour des applications plus « posées », comme la lecture des emails, voire même leur composition, les appels téléphonique, les SMS ou la navigation sur le web (sur des pages pas trop chargées), cela va fonctionner. Certes, beaucoup plus lentement que depuis l’écran principal, mais ça marche.

Il sera également beaucoup plus économe de sortir son appareil et de regarder l’écran e-paper que de regarder l’écran principal pour lire ses notifications, ses emails, ou tout simplement, l’heure. Et bien sûr, tout cela permettra d’augmenter considérablement l’autonomie de l’appareil.

YotaPhone2-London-event-3

La face arrière du YotaPhone 2.

Avec son écran e-paper, Le Yotaphone 2 s’avère aussi très intéressant pour la lecture, il utilise la même technologie que le Kindle ou le Kobo, et comme par hasard, il est justement livré avec l’application Kindle, et en France, le sera également avec l‘application Kobo. La présence de Kobo n’es pas d’ailleurs pas étrang!re au deal de distribution avec la FNAC.

10 mois après avoir révélé son premier protoype, le YotaPhone 2 est prêt, et il est donc disponible en Europe.

YotaDevice a profité de cette conférence de presse de lancement londonienne pour inaugurer le tout premier magasin de la marque dans la capitale britannique. Il s’agit d’un petit magasin, ou sont disposés quelques stand et dans lequel des démonstratrices expliquent les particularités du YotaPhone 2 aux curieux.

Il est cher, mais aussi unique en son genre

Le YotaPhone 2 est un appareil unique, très original, et tout ceci a un prix. Le smartphone est ainsi vendu 699 € sans abonnement. C’est assez cher, mais il faut rappeler que cet appareil n’a pas de concurrent, il est donc difficile de la comparer à n’importe quel autre smartphone. Et même à ce tarif, le YotaPhone 2 pourrait créer un engouement auprès de certains utilisateurs. Mais ils ne seront pas des millions.

En France, le YotaPhone 2 est disponible sur le site FNAC.com et le sera dans les boutiques Lick à partir du 12 décembre. Il est actuellement en démo dans les magasins FNAC des Ternes et Champs-Elysées à Paris. Pour l’instant, une seule offre subventionnée est prévue, avec l’opérateur Budget Telecom, mais le prix de l’appareil avec abonnement n’a pas été révélé.

Crédits Photos : Nicolas Catard, Begeek.fr
Commentaires
Test produits
Longform