Clicky



Bons Plans

The Handmaid’s Tale : notre avis sur une série glaçante et terriblement juste

Publié le
The Handmaid's Tale

The Handmaid's Tale vient de commencer sur OCS et vous auriez tort de passer à côté de cette série d'anticipation aussi belle visuellement que profondément féministe et dérangeante sur le fond.

Rarement une période de sortie de série n’aura été aussi bien adaptée que celle de The Handmaid’s Tale. Diffusée il y a quelques semaines sur le service Hulu, la première saison du show composée de 10 épisodes vient de débarquer chez nous sur OCS Max et tombe à point nommé pour deux raisons.

La première est basiquement liée à la météo puisqu’en cette période de canicule vous ne trouverez pas mieux pour vous rafraîchir que cette série glaçante tirée du roman La Servante écarlate de Margaret Atwood. La seconde est plus triste, car en 2017 une série féministe forte telle que The Handmaid’s Tale est toujours aussi nécessaire pour rappeler que le combat pour l’égalité homme/femme est encore loin d’être gagné.

Une dystopie pour parler féminisme avec justesse

Dans la série de Bruce Miller (The 100, Eureka), l’intrigue se passe majoritairement dans la nouvelle République de Gilead, qui n’est en fait que la version dictature dystopique des États-Unis. Ce nouveau régime a émergé suite à la baisse drastique du taux de natalité des femmes qui a poussé des hommes (mais aussi des femmes) à profondément modifier le fonctionnement de la société afin notamment de revenir à des moeurs plus saines pour retrouver les faveurs de Dieu.

Ce nouveau régime impacte vous l’aurez compris surtout les femmes, qui vont perdre leur statut de citoyennes libres, leur droit de lire et se voir assigner un rôle. Plusieurs sont importants à relever. Les Épouses tout d’abord, qui accompagnent les Commandants (les hommes avec le plus de pouvoir) et collaborent pleinement avec ce régime et utilisent des Marthas pour s’occuper de leur maison. Viennent ensuite et surtout les Servantes écarlates, les rares femmes encore fertiles qui sont littéralement utilisées contre leur gré pour la reproduction et menées à la baguette (électrique si nécessaire) par les Épouses qui récupèrent ensuite les nouveaux nés pour elles-mêmes.

Une escalade dans l’horreur et le malaise

Le personnage principal, June (Elisabeth Moss), désormais appelée Offred selon le prénom de son Commandant, Fred Waterford (Josephn Fiennes), est une Servante écarlate. Durant le début du changement de régime elle a été séparée de son mari Luke et de leur petite fille. Alors qu’elle tente d’en savoir plus sur la situation de cette dernière, Offred doit déjà essayer de survivre dans cet environnement ignoble où l’Épouse du Commandant (Yvonne Strahovski) lui mène la vie dure et où la moindre incartade est punie de torture, de mutilation ou tout simplement de mort.

Avec ce casting solide et convaincant, ses costumes et décors réussis ou encore sa réalisation et ses lumières absolument merveilleuses (je veux la même cuisine), The Handmaid’s Tale aurait simplement pu être une très belle série. Elle ne l’est pas. Elle est beaucoup plus que cela. The Handmaid’s Tale est une série dure, crue, gênante, nécessaire et captivante. Malgré son rythme lent qui prend son temps pour exposer de nombreuses scènes et dialogues, le show capture le spectateur dans son histoire souvent macabre ponctuée de temps en temps de révolte et de bonheur pour mieux replonger dans l’horreur.

Un show engagé et coup de poing (dans le ventre)

Avec ses nombreux personnages détestables ou à l’inverse brisés et serviles, The Handmaid’s Tale parvient à délivrer de nombreuses scènes choquantes qui au premier abord semblent impensables aujourd’hui et qui, avec un tout petit peu de recul et quelques flashbacks bien amenés, semblent finalement susceptibles de nous arriver si un jour nous arrêtons de nous battre. Pensez Black Mirror, l’aspect technologie en moins.

Fort bien racontée avec notamment les pensées d’Offred en voix off qui maintient autant qu’elle le peut un visage de façade face à l’injustice et au cauchemar qu’est devenue sa vie, la série de Hulu est d’une rare maîtrise à tous les niveaux. La forme ne vient jamais trahir le fond et nous avons tout simplement hâte de l’an prochain pour voir où le show va se diriger et s’il y aura pourquoi pas un peu plus de politique, rapidement effleurée jusqu’à présent.

The Handmaid’s Tale : notre avis sur la S01

The Handmaid’s Tale est une grande série, assurément l’une des meilleures nouvelles de cette année 2017. Solide sur la forme (casting, réalisation, ambiance…) mais surtout sur le fond avec sa dystopie qui sert à nous alerter dès aujourd’hui sur nos pratiques et sur notre société encore trop souvent misogyne et patriarcale. La série de Hulu est à voir, tout simplement, que vous soyez féministe ou non.

The Handmaid’s Tale est diffusée en France sur OCS Max. La saison 2, confirmée, arrivera en 2018.

Crédits Photos : Hulu
Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform