Clicky



Bons Plans

SOPA / PIPA : quand le web se met en noir

Publié le | Modifié le

Nous vous l’annoncions hier, le web revêt aujourd’hui ses habits noirs en signe de protestation contre les projets de loi anti-piratage Stop Online Piracy Act ( SOPA) et Protect IP Act (PIPA). Plusieurs services majeurs de la toile manifestent donc leur mécontentement en ce 18 janvier. Avant de revenir sur les différentes actions menées aujourd’hui, nous allons tenter de rappeler brièvement les origines et la vocation de ces textes.

Les origines et la vocation de SOPA/PIPA

Ce projet de loi américain a été présenté à la chambre des représentants par un républicain dénommé Lamar Smith, le 26 octobre 2011. Le texte souhaite imposer le respect des droits d’auteur afin de lutter contre le piratage et la diffusion de copies illégales d’une oeuvre soumise à ces droits. Pour ce faire, SOPA prévoit la mise en place de mesures radicales à l’encontre de tout site soupçonné de favoriser le téléchargement illégal. Les moyens prévus comprennent un gel des revenus publicitaires, des transactions via Paypal, une suspension du référencement sur les moteurs de recherches ainsi que le blocage pur et simple des sites impliqués.

Pour les défenseurs de la loi, cette dernière permettrait de protéger des secteurs économiques américains tels que l’industrie musicale et cinématographique par exemple et donc par conséquent des emplois. Ce qui nécessiterait pour eux une censure de l’internet, comme le dénonce les détracteurs de SOPA, qui craignent pour la liberté d’expression sur la toile. PIPA est un outil supplémentaire permettant un renfort considérable de la loi SOPA, en permettant au gouvernement américain et aux ayant-droits de faire couper l’accès à des sites dits suspects immatriculés en dehors des Etats-Unis, en bloquant leurs adresses IP notamment.

Les différents acteurs de la manifestation du 18 janvier

Le blackout a donc lieu symboliquement le jour de l’examen du texte de loi au Sénat américain, et mobilise les géants de l’internet. Ainsi Wikipédia a fermé la version anglaise de son encyclopédie libre pour une durée de 24 heures, tout comme Reddit, Mozilla ou encore Boing Boing qui ne sont pas accessibles et affichent des pages d’accueil contre SOPA/PIPA.

D’autres non en revanche pas suivi le blackout, Google qui continu de fournir ses services, a par exemple masqué sur sa version américaine son logo d’une bande noire, et redirige vers une pétition s’opposant au projet de loi. On peut lire sur sa page d’accueil le message suivant, “Tell Congress : Please don’t censor the Web !” , “Dites au Congrès : s’il-vous-plaît, ne censurez pas le web“. Facebook n’a pas lui non plus suivi l’interruption de service, mais tiendra ce mercredi une conférence de presse dont le connu est encore peu détaillé.

En France le mouvement est soutenu par plusieurs gros sites, tels que Korben.info, qui affiche d’ailleurs une page très détaillée sur la question, mais aussi Reporters sans Frontières, le Parti pirate ou encore La Quadrature du Net. Un lien est d’ailleurs disponible à tous les webmasters qui souhaitent rejoindre le mouvement et manifester contre SOPA, la page est accessible par ici.

Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform