Clicky



Bons Plans

La sexualité des dinosaures vue par un artiste

Publié le | Modifié le

Ces animaux préhistoriques avaient des dimensions incroyables, leur poids était tout aussi important. Les dinosaures avaient des cornes qui pouvaient être gênantes, alors comment faisaient-ils ? Des paléontologues se sont donc attardées sur la sexualité de certaines espèces.

Les paléontologies ont expliqué que les dinosaures possédaient une « ouverture unique ». Cette dernière baptisée « Cloaque » leur permettait de déféquer, uriner et c’était également utile pour se reproduire. Cet orifice est présent aujourd’hui sur certaines espèces comme les reptiles, les oiseaux, les amphibiens, et même les poissons. Les spécialistes ont donc découvert que les dinosaures avaient l’obligation d’appuyer sur cette « ouverture unique » pour s’accoupler, par conséquent ils pouvaient se passer de pénis.

Selon Huffingtonpost, certains dinosaures avaient un organe reproducteur puisqu’ils pouvaient disposer d’un pénis de 3.5 mètres. Les paléontologues ont ainsi étudié les différentes positions que les animaux pouvaient choisir pour passer à l’acte. Selon eux, ils plaçaient à l’arrière en posant les deux pattes (avant) au niveau des épaules de la femelle. L’une des pattes arrière était ensuite positionnée sur le dos, avec cette position, les deux orifices étaient alignés, ce qui donnait lieu à l’accouplement. Cette description a été relayée à la fin des années 80 par le docteur Halstead.

De nombreuses hypothèses sur l’accouplement existent puisqu’il est difficile de connaitre réellement la méthode utilisée. Dans tous les cas, cette description est celle qui est la plus utilisée pour illustrer la sexualité des dinosaures. La Science n’a pas encore répondu à toutes les questions, actuellement il est impossible de savoir comme le stégosaure faisait, il avait un dos avec des plaques osseuses et sa queue était dotée de plusieurs pointes.

La sexualité a donné des idées à Ron Embleton, un artiste anglais qui a souhaité faire une représentation de l’accouplement chez différentes espèces.


Vous avez aimé cet article ?
Commentaires
Test produits
Longform