Clicky



Bons Plans

IBC 2014 : Le futur de la TV

Publié le

La 4K, c’est déjà du passé pour les professionnels de l’audiovisuels à l’IBC. Begeek.fr vous fait découvrir l’avenir de la TV.

Lors de l’IBC, les diffuseurs, constructeurs ou producteurs étaient concentrés sur les dernières nouveautés audiovisuelles. La HD est désormais le standard de la télévision (TNT, câble et satellite). Le parc télévisuel est à peine renouvelé en HD que, désormais, l’industrie pousse à passer en 4K, plus connu sous le nom d’Ultra-Haute Definition (Ultra-HD ou UHD en abrégé). Samsung exposait son grandiose téléviseur courbé. L’image est hallucinante, davantage immersive par la concavité de la dalle. Difficile d’être critique. Les professionnels multipliaient selfies et photos classiques devant cet avant-gout de la TV de demain. Mais le flux était stocké en local, donc rien de nouveau sous le soleil amstellois. La nouveauté technologique se trouvait du côté de la transmission… et pas sur le stand du constructeur sud-coréen.

L’Ultra HD par satellite

Si l’année dernière, on vantait la 4K à travers les écrans, cette année ce nouveau standard TV s’exhibait au niveau de la diffusion. L’opérateur satellite SES (Astra et consorts) ainsi que SmarDTV/Nagra réalisaient des démos de télévision par satellite avec encryptage/décryptage en temps réel. Sachant que la lecture d’un flux audio-vidéo non-crypté peut mettre à genou un PC puissant, la prouesse d’autant plus impressionnante. Un flux vidéo de 3 840 x 2160 pixels avec 50 images/s est chiffré depuis le Luxembourg, envoyé vers un satellite Astra, lequel arrose l’Europe. Une antenne parabolique capte le flux, un démodulateur SmarDTV décode le flux vidéo avec la technologie Nagra, le décompresse et le lit sur un téléviseur Samsung. Pour le quidam, rien d’extraordinaire. Pour l’œil averti, c’est une démonstration que la TV payante en UHD (c’est-à-dire aussi bien que le cinéma numérique conventionnel) fonctionne pleinement.

Nom de code : H.265/HEVC

La diffusion en 4K sur des installations conventionnelles est rendue possible par l’utilisation d’un nouveau codec. Son nom : HEVC, connu aussi sous le nom de H.265. Cet algorithme de compression/décompression vidéo offre de meilleures performances que le codec H.264. Il a été finalisé en janvier 2013 et les premiers matériels compatibles commencent juste à sortir. Le stand Fraunhofer (inventeur du codec MP3) présentait les avantages de cet algorithme vidéo avec leurs propres solutions logicielles et matérielles pour la compression et décompression en temps réel.

L’Ultra HD par TNT

Sur le stand DVB, on pouvait apercevoir que le codec HEVC était déjà fonctionnel sur en TNT. Ici, l’algorithme permet moins de gagner en qualité, que d’optimiser la bande de fréquence. Le groupe montrait que la norme DVB-T2, incorporant le HEVC, permet de doubler le nombre de chaines HD, sans empiéter sur d’autres fréquences (réservées aux télécoms, à l’armée et à d’autres usages). La démo, en l’occurrence, présente 7 chaines diffusées en DVB-T2, capté par un dongle Sony et affiché sur une tablette.

Et après la 4K ?

L’Espace Futur Zone, comme son nom l’indique, invitait à découvrir l’avenir de la TV. Pour la NHK (groupe télé public japonais), on pense déjà au 8K ! Les essais vont se multiplier en 2016 et la prestigieuse NHK projette une diffusion 8K en 120 images/s pour 2020… pour les Jeux Olympiques de Tokyo.

En occident, les objectifs sont davantage qualitatifs. Les stands de 4EVER de Dolby étaient les plus spectaculaires. Le groupe français 4EVER (=(for Enhanced Video ExpeRience) associe différents partenaires technologiques et diffuseurs pour « d’améliorer la qualité de l’expérience vidéo grâce à l’Ultra Haute Définition (UHD) et au High Efficiency vidéo Coding (HEVC)». Pour faire simple, une meilleure vidéo est générée par le polyptique suivant : meilleure couleur, meilleur son, meilleur mouvement et meilleur contraste. De meilleures dalles d’écrans mieux calibrées, un meilleur étalonnage lors de la production autorisent des couleurs plus fidèles à la réalité. Le son sera binaural, c’est-à-dire spatialisé même avec un casque ou enceintes stéréo. Le mouvement sera mieux restitué avec 120 images/s au lieu des 60 images/s de la TV conventionnelle.

Un meilleur contraste sera possible avec un traitement (post-production) HDR (High Dynamic Range) pour booster les contrastes dans les teintes claires comme dans les teintes sombres, à la manière des appareils photo reflexs. Dolby n’est pas seulement expert en son. La société américaine travaille également sur des algorithmes améliorant automatiquement la qualité vidéo avec notamment de meilleurs contrastes et couleurs, quel que soit les conditions lumineuses de tournage.

Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform