Clicky



Bons Plans

Grace Hopper : un Doodle pour celle qui a popularisé le terme bug

Publié le

Grace Hopper n’est pas inconnue pour les amateurs d’informatique. Elle a été à l’origine d’un langage et elle a popularisé le mot « bug ».

Grace Murray Hopper est née le 9 décembre 1906 à New York. Google a souhaité lui rendre hommage avec un Doodle animé, qui reprend l’un de ses concepts. Avant de devenir « la mère du langage Cobol », cette informaticienne américaine s’est fait connaître pour une histoire insolite. À la fin de la Seconde Guerre mondiale, Grace quitte le service actif de la Marine et elle continue de travailler sur les ordinateurs Mark II. À cette époque, une panne sur l’un de ces derniers est observée. Après quelques investigations, la raison de cette panne a été découverte et elle était due à une mite qui avait été prise dans un relais.

La mère du langage Cobol

Cette mite avait ensuite été placée dans le journal de bord de Grace Hopper avec la mention « Premier cas réel de découverte d’insecte ». Il faut noter que le mot « Insecte » se traduit en anglais par « bug » et l’informaticienne a permis à ce terme d’être popularisé. Depuis, l’expression « bug informatique » est régulièrement utilisée. Grace Hopper a également été connue comme étant « la mère du langage Cobol », car en 1957 elle a eu une idée alors qu’elle travaillait chez IBM. À cette époque, l’informaticienne révèle qu’un langage différent de celui du « langage machine » peut être utilisé grâce à l’anglais. En 1959, cette idée donne naissance à ce fameux langage Cobol et il se retrouve aujourd’hui sur Google.

Grace Hopper inscrite au National Women’s Hall of Fame

En effet, la firme de Mountain a utilisé ce langage pour illustrer les raisons de ce Doodle. Grace Hopper réalise donc une commande sur la gauche et cela se traduit par l’envoi d’un document qui comporte le numéro 107. Ce dernier fait référence à sa date d’anniversaire puisque Grace Hopper aurait célébré aujourd’hui son 107e anniversaire. L’hommage de Google n’a pas été le premier, car elle est inscrite au National Women’s Hall of Fame. Ce dernier honore et perpétue la mémoire des citoyennes américaines qui ont eu l’occasion de se démarquer dans le monde de la politique, des sciences, du sport, des affaires, des humanités ou des arts.

Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform