Clicky



Bons Plans

La goutte d’alcool, les chercheurs tchèques et le labyrinthe

Publié le | Modifié le
La goutte d'alcool qui se déplace seule dans le labyrinthe.

Oui, ils ont réussi à dresser une goutte d'alcool pour la faire sortir d'un labyrinthe. Et oui, cette expérience a un intérêt.

235.000 vues sur YouTube pour une expérience de chimie ? C’est possible. Ça commence avec un titre semblable à une fable de La Fontaine, qui ne manque pas d’une certaine poésie. Pour cela, rassemblez 3 ingrédients : un labyrinthe, une goutte d’alcool et des scientifiques tchèques.

La vidéo, repérée dimanche par nos confrères du blog Passeur de sciences (Le Monde) et visible en fin d’article sans modération, montre un phénomène pour le moins étrange : une petite goutte d’alcool gras non soluble dans l’eau, le décanol, est opposée à une goutte de solution saline. Et qu’arrive-t’il ? Le décanol se fraie un passage, à travers un labyrinthe créé sur un plan constitué d’eau savonneuse, jusqu’à sa copine l’autre goutte. Comment un tel mouvement, qu’on n’imagine pas de la part d’un élément a priori inerte, est-il possible ?

Goutte d’alcool dans le labyrinthe : la magie relève de la pure chimie

Alors, plan incliné, animation image par image ? Aucune tricherie ici. Martin Hanczyc, l’un des auteurs de l’étude présentée sans la revue Langmuir, casse quelque peu la poésie de la chose : “le système est très simple mais il montre un comportement sophistiqué”. Ici, c’est le sel, en se dissolvant dans l’eau savonneuse, qui crée une déclivité (une pente) et influe sur l’alcool en lui donnant l’énergie pour se déplacer. “Sans un gradient de sel, toute direction dans laquelle la goutte va regarder sera la même. Mais avec un gradient de sel en provenance d’une direction, la goutte va y descendre le long”. 

Et maintenant que vous connaissez l’explication, quel est l’intérêt de cette expérience ? Là encore, Martin Hancyc raconte : “la goutte peut servir de lubrifiant et viser une zone qui nécessite une lubrification. Ou bien elle peut servir de vecteur chimique capable de libérer son contenu une fois parvenue à sa destination”. Pierre Barthélémy, le blogueur qui a découvert cette expérience va même plus loin, jusqu’à l’origine de la vie sur Terre : “En partant du principe qu’une des bases de la vie consiste à extraire de son environnement l’énergie nécessaire à ses propres déplacements, on peut se demander si ce dispositif chimique qui confère du mouvement à l’inerte reproduit celui qui, lors de l’enfance de la Terre, a permis aux proto-cellules du vivant de se déplacer dans la ‘soupe’ primitive”. 

Crédits Photos : Capture écran YouTube
Vous avez aimé cet article ?
Commentaires
Test produits
Longform