Clicky



Bons Plans

Facebook fait la guerre au Poker en ligne

Publié le | Modifié le

Facebook a fermé les pages de plusieurs sites de poker en ligne en donnant des prétextes non fondés pour leurs propriétaires.

Après la censure de la nudité dans les œuvres d’art, c’est au tour des joueurs de poker de subir les foudres du réseau social. Depuis quelques jours, plusieurs sites d’actualités et blog sur le poker ont vu leurs pages Facebook supprimées sans autre forme de procès.

La raison ? Ces dernières feraient la promotion de rooms payantes, une activité interdite par les conditions d’utilisation de la plateforme. Une extorsion de fonds organisée par le réseau social selon les propriétaires de ces pages.

Facebook ferme les pages sur le poker sans avertissement

L’affaire est rapportée par le site Pokernews dans un billet posté le 20 mai 2015. Le propriétaire de la page Pokerbastards se plaint alors sur son compte Twitter que sa page Facebook vient d’être fermée sans que ce dernier ne reçoive plus d’explications.

Cette fermeture ne sera que la première d’une longue série car au cours de la même semaine, ce sont pas moins de trois autres pages Facebook de plateforme réputées pour leur sérieux qui fermeront. LivePoker, Poker52 et la page du circuit de « poker populaire » DSO subiront le même sort et recevront la même explication de Facebook, bien que ces derniers se défendent de faire la promotion illégale de rooms.

10 000 dollars pour rouvrir la page

Si certains de ces propriétaires dont les pages ont été clôturées font contre mauvaise fortune bon cœur, d’autres n’ont pas hésité à contacter les équipes de Facebook pour demander des explications.

C’est le cas de Julien Jégard qui a tenté de prouver sa bonne foi auprès du réseau social. La réponse de ce dernier ne s’est pas fait attendre, reconnaissant que la fermeture avait peut-être été un peu trop rapide, mais réclamant 10 000 dollars à l’intéressé pour remettre cette dernière en ligne.

Une « extorsion de fonds organisée » pour Julien Jégard qui s’étonne que des géants du secteur comme Winamax ou encore PokerStar n’aient pas encore été inquiétés par Facebook.

Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform