Clicky



Bons Plans

L'effet Bing en chiffre

Publié le | Modifié le

Cela fait tout juste 1 mois que le nouveau moteur de recherche de Microsoft est sorti, il est temps de faire un premier bilan de ce qui aurait pu être une solution pour Microsoft pour prendre un avantage auprès de Google et des autres Moteurs de recherche.

Bien avant la présentation officielle du remplaçant de Live Search, Microsoft avait programmé une campagne de publicité massive autour de ce moteur de recherche dont le nom final est Bing. Pendant les premières semaines avant le lancement officiel différentes rumeurs autour de la marque auraient pu générer une certaine curiosité de la part des internautes sur le futur moteur de recherche. Les différentes rumeurs sur le nom du moteur ont en effet apportées une certaine curiosité des différents média online comme Twitter : Kumo ou Bing ?

Le choix du nom est officieusement annoncé 2 jours avant l’annonce officielle de Microsoft pendant la conférence AllThingsDigital organisée du 26 au 28 mai par le Wall Street Journal. Avec un budget qui atteint les 100 millions de dollars rien qu’aux Etats-Unis. Le message publicitaire et technique de Microsoft consistait à diffuser largement que les moteurs de recherche actuels ne sont pas assez performants et que Bing devenait une alternative crédible. La campagne Marketing est multisupport : web, presse papier, radio et TV.

Selon les premiers chiffres livrés par ComScore pour les Etats-Unis, la première semaine Bing est passé à 11,1% de part de marché en 5 jours contre 9,1% la semaine précédente pour Live Search. Un début certes encourageant, mais encore loin derrière les deux poids lourds que sont Yahoo! avec 20,4% de part de marché et Google avec 64,2% de part de marché. Toujours selon Statcounter, la part de marché de Bing aux Etats-Unis est retombée à 4,7% une semaine plus tard, derrière Yahoo avec 10,7% de part de marché et Google avec 82,3% de part de marché. Et au niveau mondial, sa part atteint à peine les 2,8% contre 88% pour Google et 7,1% pour Yahoo.

Courbes des Moteurs de recherche aux Etas-Unis du 30Mai au 30Juin 2009. Source Statcounter

courbe-1

En rouge Google, Jaune Yahoo et en Bleu Bing

Microsoft n’a pas su garder les internautes, qui au final sont arrivés en masse les premiers jours du lancement par simple curiosité et qui finalement sont reparti vers une valeur plus sur pour le moment Google.

Et en France ?
En France, on parle d’un réel échec. Le moteur n’a pas du tout réussi à séduire les internautes. Voici le résultat d’une étude réalisée par AT Internet Institute, ce relevé éffectué du 11 mai au 20 juin 2009 est le fruit des statistiques remontées d’un panel de près de 92 000 sites. Ce sont les visites générées via Live Search / Bing sur ces sites qui ont été prises en compte.

Avec trois semaines d’activité de Bing c’est un résultat décevant pour Microsoft en France. La part de visites de Bing est ainsi stable et même légèrement inférieure en moyenne à Live Search. Le 1er juin, Bing a enregistré une part de visites générées depuis la France de 2,27 %, qui a grimpé à 2,75 % le lendemain, soit un niveau comparable à Live Search. Le pic pour Bing a été atteint le 13 juin à 2,84 %, mais le 20 juin Bing affichai 2,66 %.

Courbes des Moteurs de recherche en France du 30Mai au 30Juin 2009. Source Statcounter


En rouge Google, Jaune Yahoo et en Bleu Bing

C’est évident que 3 semaines, c’est trop court pour donner un vrai jugement, bien que le moteur a intéressé aux Etat-Unis ce n’est vraiment pas le cas en Europe et notamment en France, J’attends de voir les chiffres pour le premier semestre. Mais pour moi ce qui sera le plus dur pour n’importe quel moteur de recherche, c’est de réussir à combattre les habitudes des internautes, qui en matière de recherche sont vraiment en faveur de Google avec plus de 89,83 % d’utilisation en mai, et ces habitudes ne pourront changer que progressivement au cours des mois et des années à venir.

Cela fait tout juste 1 mois que le nouveau moteur de recherche de Microsoft est sorti, il est temps de faire un premier bilan de ce qui aurait pu être une solution pour Microsoft pour prendre un avantage auprès de Google et des autres Moteurs de recherche.

Bien avant la présentation officielle du remplaçant de Live Search, Microsoft avait programmé une campagne de publicité massive autour de ce moteur de recherche dont le nom final est Bing. Pendant les premières semaines avant le lancement officiel différentes rumeurs autour de la marque auraient pu générer une certaine curiosité de la part des internautes sur le futur moteur de recherche. Les différentes rumeurs sur le nom du moteur ont en effet apportées une certaine curiosité des différents média online comme Twitter (lien) : Kumo ou Bing ?

Le choix du nom est officieusement annoncé 2 jours avant l’annonce officielle de Microsoft pendant la conférence AllThingsDigital organisée du 26 au 28 mai par le Wall Street Journal. Avec un budget qui atteint les 100 millions de dollars rien qu’aux Etats-Unis. Le message publicitaire et technique de Microsoft consistait à diffuser largement que les moteurs de recherche actuels ne sont pas assez performants et que Bing devenait une alternative crédible. La campagne Marketing est multisupport : web, presse papier, radio et TV.

Selon les premiers chiffres livrés par ComScore pour les Etats-Unis, la première semaine Bing est passé à 11,1% de part de marché en 5 jours contre 9,1% la semaine précédente pour Live Search. Un début certes encourageant, mais encore loin derrière les deux poids lourds que sont Yahoo! avec 20,4% de part de marché et Google avec 64,2% de part de marché. Toujours selon Statcounter, la part de marché de Bing aux Etats-Unis est retombée à 4,7% une semaine plus tard, derrière Yahoo (10,7%) et Google (82,3%). Et au niveau mondial, sa part atteint à peine les 2,8% contre 88% pour Google et 7,1% pour Yahoo.

Microsoft n’a pas su garder les internautes, qui au final sont arrivés en masse les premiers jours du lancement par simple curiosité et qui finalement sont reparti vers une valeur plus sur pour le moment Google.

Et en France ? En France, on parle d’un réel échec. Le moteur n’a pas du tout réussi à séduire les internautes. Voici le résultat d’une étude réalisée par AT Internet Institute, ce relevé éffectué du 11 mai au 20 juin 2009 est le fruit des statistiques remontées d’un panel de près de 92 000 sites. Ce sont les visites générées via Live Search / Bing sur ces sites qui ont été prises en compte.

Avec trois semaines d’activité de Bing c’est un résultat décevant pour Microsoft en France. La part de visites de Bing est ainsi stable et même légèrement inférieure en moyenne à Live Search. Le 1er juin, Bing a enregistré une part de visites générées depuis la France de 2,27 %, qui a grimpé à 2,75 % le lendemain, soit un niveau comparable à Live Search. Le pic pour Bing a été atteint le 13 juin à 2,84 %, mais le 20 juin Bing affichai 2,66 %.

C’est évident que 3 semaines, c’est trop court pour donner un vrai jugement, bien que le moteur a intéressé aux Etat-Unis ce n’est vraiment pas le cas en Europe et notamment en France, J’attends de voir les chiffres pour le premier semestre. Mais pour moi ce qui sera le plus dur pour n’importe quel moteur de recherche, c’est de réussir à combattre les habitudes des internautes, qui en matière de recherche sont vraiment en faveur de Google avec plus de 89,83 % d’utilisation en mai, et ces habitudes ne pourront changer que progressivement au cours des mois et des années à venir.

Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform