Clicky



Bons Plans

Dinosaures : Des globules rouges retrouvés sur des os ?

Publié le | Modifié le
Un dinosaure dans le Musée d'Oxford.

Des chercheurs britanniques affirment avoir trouvé des globules rouges et de la fibres de collagène dans des os de dinosaures. Une découverte qui pourraient expliquer la transition entre êtres à sang froid et oiseaux à sang chaud.

C’est un article publié mardi dans la revue Nature communications qui met la communauté scientifique, et tout particulièrement les paléobiologistes, en émoi. En effet, des chercheurs de l’Imperial College de Londres affirment avoir trouvé des restes de globules rouges sur des os de dinosaures.

Susannah Maidment, co-auteur de l’étude en question, raconte sa surprise : “C’était des bouts d’os cassés, en mauvais état. Et nous ne nous attendions pas du tout à y découvrir des fragments de tissus biologiques”.

Le contexte de la découverte

C’est un microscope électronique à balayage, comme le raconte Le Temps, qui a débusqué ce qui ressemble à des fibres de collagène sur certains spécimens, et des fragments de globules rouges sur d’autres. Ces derniers sont semblables, d’un point de vue morphologique, aux globules de l’émeu, proche de l’autruche.

Dinosaures

Dinosaures

Pour Susannah Maidment, “Ce n’est pas étonnant, car les oiseaux descendent directement des dinosaures. Donc on doit s’attendre à une similitude entre les cellules sanguines de ces deux lignées. Et, si nous avons comparé ces cellules avec celles de l’émeu, ce n’est pas par choix, mais tout simplement parce qu’un collègue conservait du sang d’émeu au froid”.

Dinosaures : du sang froid au sang chaud, oui mais quand ?

Sergio Bertazzo, autre spécialiste et co-auteur, y voit une formidable opportunité : “Si nous pouvons analyser les cellules sanguines de nombreux dinosaures, nous pourrons déterminer quand le dinosaure s’est mis à avoir le sang chaud”.

Ainsi, s’il était prouvé que les protéines avaient la capacité d’être conservé sur de très longues périodes, les liens entre des ensembles distincts de dinosaures pourraient être mieux établis. Sergio Bertazzo indique : “On pense que les ancêtres des dinosaures étaient à sang froid, tandis que leurs descendants les oiseaux, sont à sang chaud. Cela signifie qu’au fil du temps, les caractéristiques du sang ont évolué”. Nous n’en sommes donc pas à Jurassic Park, mais cette avancée n’est pas de la fiction. Et ce, même si des spécialistes se montrent sceptiques, en l’occurrence quant à une éventuelle contamination par l’homme, et donc de résultats qui s’en trouveraient biaisés.

Crédits Photos : Lyudmila Voronova / Shutterstock.com
Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform