Clicky



Bons Plans

Comète Tchouri : Rosetta commence à livrer ses secrets

Publié le
La comète Tchouri, découpée en 19 régions par l'ESA.

La sonde Rosetta a livré ces derniers jours nombre de secrets sur la comète Tchouri, qu'elle étudie depuis l'été dernier.

Si pour sa part le robot Philae est en sommeil sur sa comète, la sonde Rosetta quant à elle en orbite travaille à plein régime. Aujourd’hui, la mythique revue Science publie toute une série d’articles dédiés aux différentes révélations apportées au sujet de la comète Tchouri.

Tchouri : une structure géologique variée

Ainsi, les responsables de la mission Rosetta ont eu une surprise en analysant les données de la composition du sol de Tchouri : “Nous avons été surpris par la variété des structures géologiques”, confie Hans Nilsson de l’Institut suédois de physique spatiale. Érosion, jets de gaz et de poussière forgent des paysages tantôt lisses comme des dunes de sable, tantôt hérissés de rochers et de gouffres profonds. Ces différences ont été délimitées (comme vous pouvez le voir sur la photo en couverture de cet article) en 19 régions et 5 catégories : sol poussiéreux, matériaux friables, larges dépressions, terrain lisse et sols exposés.

Quant à l’atmosphère, et selon les dires de Hans Nilsson, elle est “composée d’un mélange de poussière et de molécules de gaz, et semble être inégalement distribuée autour du noyau”. Ce sont les différences de températures régnant sous le sol de Tchouri qui pourraient expliquer les variations de compositions de celle-ci.

La plus grosse surprise : un bouclier magnétique

Et voici le meilleur pour la fin : autour de Tchouri se crée une sorte de bouclier magnétique formé de vapeurs éjectées, et qui protège le corps céleste des vents solaires à mesure qu’il s’approche de notre étoile. En cela, ce bouclier est semblable à la magnétosphère qui protège notre Terre.

Et l’aventure n’est pas finie : au début du mois prochain, Rosetta va s’approcher de 67P/Tchouri pour arriver, le jour de la Saint-Valentin, à 6 km de la comète. L’Agence spatiale européenne précise que les appareils de la sonde pourront ainsi “prendre des images et effectuer un spectre de la surface avec une résolution sans précédent”.

Crédits Photos : ESA
Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform