Clicky



Bons Plans

Batman : The Killing Joke : notre avis mitigé sur le film d’animation

Publié le | Modifié le

Nous avons vu l'adaptation en film d'animation du célèbre comics Batman : The Killing Joke et contrairement à la pièce de Harvey Dent, l'oeuvre possède deux faces bien différentes.

Dire que nous attendions impatiemment l’adaptation en film d’animation du comics Batman : The Killing Joke d’Alan Moore et Brian Bolland est un euphémisme. Pour ceux qui l’ignoreraient, il s’agit d’une courte oeuvre indépendante pourtant majeure dans l’univers DC Comics puisqu’elle vient explorer d’une manière assez atypique la psyché des ennemis de toujours que sont Batman et le Joker en malmenant particulièrement les personnages secondaires que sont le commissaire Gordon et sa fille Barbara aka Batgirl. Alors, cette adaptation réalisée par Sam Liu et écrite par Brian Azzarello parvient-elle à rendre hommage comme il faut au comics de 1988 ? Oui et non.

Il suffit d’une mauvaise journée pour pondre un premier tiers calamiteux

Un peu comme le Hobbit de Tolkien, la version papier de The Killing Joke est une oeuvre tellement courte que les scénaristes ont été obligés de meubler et d’effectuer des ajouts scénaristiques pour atteindre une durée suffisante pour en faire un long-métrage (environ 1h20). Dans cette adaptation, plutôt que d’ajouter quelques plans par-ci par-là, il a été décidé que toute la première demi-heure du film serait originale. Cela aurait pu être une bonne idée, car tout le reste du film reprend ainsi le matériau d’origine sans trop y toucher (nous reviendrons sur ce point plus bas), mais il n’en est finalement rien tant ce début est mauvais.

Sans trop spoiler, les scénaristes ont voulu y mettre en avant le personnage de Barbara Gordon/Batgirl et sa relation avec Batman. Il s’agissait au départ d’une bonne intention puisque dans le comics le rôle du personnage est aussi court que passif. Seulement voilà, en proposant une version de l’héroïne aussi jeune et en quête de la reconnaissance et même plus de son mentor justicier, on a salement l’impression d’assister à une mauvaise intrigue amoureuse comme l’on peut en voir souvent dans les séries DC de The CW.

Cette adaptation de The Killing Joke n’est pas la première oeuvre à oser autant rapprocher Batman et Batgirl, mais ni l’intérêt ni la manière ne sont là. Ce choix scénaristique est à la fois inutile, gênant, mal amené, inutilisé dans le reste du film et il vient même décrédibiliser la fin de l’oeuvre qui n’avait pas besoin de cette couche supplémentaire tant elle a déjà fait couler d’encre. De plus, l’intrigue secondaire et le méchant de ces 30 premières minutes ne sont jamais passionnants et l’arrivée du Joker dans le mix vient heureusement réveiller le spectateur.

Utiliser son Joker pour sauver la mise

Incarné par un Mark Hamill toujours aussi efficace (Marc Saez en VF et non Pierre Hatet malheureusement), le célèbre méchant vient en effet donner la réplique avec brio à un Kevin Conroy également dans les clous (Emmanuel Jacomy chez nous). Le reste du casting vocal principal, à savoir Tara Strong et Ray Wise, fait également le job, à l’image de l’animation générale qui propose la majorité du temps un résultat visuel satisfaisant, bien qu’un peu moins détaillé que ce que propose le comics. Surtout, le ton de cette seconde partie est cette fois dérangé et dérangeant comme sur papier et on a parfaitement l’impression de lire le comics mais animé.

Les connaisseurs apprécieront en effet de retrouver les décors, plans, personnages et dialogues de la version papier quasiment intouchés, tandis que les néophytes pourront ainsi profiter de ce récit culte sans avoir forcément à comparer par la suite avec le comics tant l’adaptation est fidèle. Cette partie vient littéralement sauver le film dont le premier tiers fait d’autant plus tâche, tant dans le ton que dans le contenu sans intérêt ni lien avec la suite.

Batman : The Killing Joke : notre avis

Si l’on omet complètement la première demi-heure catastrophique du film, l’adaptation animée de Batman : The Killing Joke est excellente et parfaitement respectueuse du comics d’origine. Il s’agit ainsi d’un bon moyen pour les fans de revivre autrement le célèbre comics d’Alan Moore et pour les débutants de l’univers DC de découvrir un pan mature et sans pincettes du duel Batman/Joker qu’ils ne connaissaient pas forcément. Ainsi, si vous décidez de regarder cette adaptation, nous vous conseillons fortement de sauter le premier tiers du film pour à la fois gagner du temps et ne pas perdre de santé mentale inutilement.

Batman : The Killing Joke est disponible dès maintenant en version numérique et sera proposé en DVD/Blu-Ray à partir du 3 août prochain, notamment sur Amazon.

Vous avez aimé cet article ?
Topic Associés
Commentaires
Test produits
Longform